Les autorités australiennes ont accepté de surseoir à l'expulsion de Novak Djokovic jusqu'à ce que la justice ait statué sur son cas, a annoncé vendredi un avocat du gouvernement.

Le numéro 1 mondial, entré en Australie sans être vacciné contre le coronavirus, ne sera pas placé en rétention avant un interrogatoire prévu samedi matin devant les services d'immigration, et ne sera pas expulsé avant que la justice n'ait statué sur son recours contre l'annulation de son visa, a indiqué cet avocat, Stephen Lloyd, au cours d'une audience en référé devant un juge à Melbourne. L'audience a débuté à 10h45 (heures belges) et a été ajournée près d'une heure et demie plus tard. Le juge fédéral Anthony Kelly a entendu les parties après l'appel interjeté par les avocats de Novak Djokovic contre la décision du ministre australien de l'Immigration plus tôt dans la journée d'annuler le visa du joueur serbe. L'Open d'Australie doit débuter lundi.

ET UN NOUVEAU REBONDISSEMENT...

Le juge de l'Etat australien de Victoria chargé d'examiner le recours de Novak Djokovic contre l'annulation de son visa a annoncé vendredi qu'il se dessaisissait au profit de la justice fédérale australienne, ce qui pourrait retarder le dénouement de l'affaire.

Le juge Antony Kelly a indiqué qu'il s'en remettait à un nouveau juge d'un nouveau tribunal pour statuer sur le cas du numéro un mondial de tennis, malgré les objections des avocats du joueur, qui ont dit craindre un ralentissement de la procédure.

LE MINISTRE DE L'IMMIGRATION AVAIT ANNULE SON VISA

Le visa de Novak Djokovic a été annulé par le ministre australien de l'immigration Alex Hawke, a annoncé son département vendredi confirmant la décision prise le 10 janvier par la justice australienne.

Le ministre explique avoir utilisé ses pouvoirs ministériels discrétionnaires pour décider personnellement d'annuler le visa de Novak Djokovic, "sur base sanitaire et dans l'intérêt public" après que le numéro 1 mondial ait obtenu gain de cause devant une cour de justice en début de semaine rejetant une première annulation.

Selon les médias australiens, les avocats du joueur serbe vont tenter d'obtenir une injonction contre cette nouvelle annulation pour permettre à Novak Djokovic de participer à l'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem de la saison qui débute lundi. Arrivé en Australie non-vacciné mais avec une exemption médicale due à un test PCR positif au Covid-19 daté du 16 décembre, selon ses avocats, Djokovic a dans un premier temps vu son visa refusé par les autorités australiennes, avant d'obtenir gain de cause devant une cour de justice.

null, iStock
null © iStock

Le Serbe, 34 ans, tenant du titre à l'Open d'Australie et qui vise un 21e succès en Grand Chelem, un record, a bien été intégré jeudi au tableau du tournoi. Il doit à présent quitter le territoire australien mais peut interjeter appel, ce que ses avocats ont annoncé faire selon la presse australienne poursuivant le bras de fer juridique avec les autorités australiennes. Djokovic avait admis mercredi sur Instagram des "erreurs", pour n'avoir pas respecté les règles d'isolement en Serbie après sa contamination et avoir rempli de façon incorrecte son formulaire d'entrée en Australie.

La décision du ministre australien implique que le Serbe sera interdit d'entrée dans le pays pendant trois ans, sauf dans certaines circonstances.

Les autorités australiennes ont accepté de surseoir à l'expulsion de Novak Djokovic jusqu'à ce que la justice ait statué sur son cas, a annoncé vendredi un avocat du gouvernement. Le numéro 1 mondial, entré en Australie sans être vacciné contre le coronavirus, ne sera pas placé en rétention avant un interrogatoire prévu samedi matin devant les services d'immigration, et ne sera pas expulsé avant que la justice n'ait statué sur son recours contre l'annulation de son visa, a indiqué cet avocat, Stephen Lloyd, au cours d'une audience en référé devant un juge à Melbourne. L'audience a débuté à 10h45 (heures belges) et a été ajournée près d'une heure et demie plus tard. Le juge fédéral Anthony Kelly a entendu les parties après l'appel interjeté par les avocats de Novak Djokovic contre la décision du ministre australien de l'Immigration plus tôt dans la journée d'annuler le visa du joueur serbe. L'Open d'Australie doit débuter lundi.ET UN NOUVEAU REBONDISSEMENT... Le juge de l'Etat australien de Victoria chargé d'examiner le recours de Novak Djokovic contre l'annulation de son visa a annoncé vendredi qu'il se dessaisissait au profit de la justice fédérale australienne, ce qui pourrait retarder le dénouement de l'affaire. Le juge Antony Kelly a indiqué qu'il s'en remettait à un nouveau juge d'un nouveau tribunal pour statuer sur le cas du numéro un mondial de tennis, malgré les objections des avocats du joueur, qui ont dit craindre un ralentissement de la procédure. Le visa de Novak Djokovic a été annulé par le ministre australien de l'immigration Alex Hawke, a annoncé son département vendredi confirmant la décision prise le 10 janvier par la justice australienne.Le ministre explique avoir utilisé ses pouvoirs ministériels discrétionnaires pour décider personnellement d'annuler le visa de Novak Djokovic, "sur base sanitaire et dans l'intérêt public" après que le numéro 1 mondial ait obtenu gain de cause devant une cour de justice en début de semaine rejetant une première annulation. Selon les médias australiens, les avocats du joueur serbe vont tenter d'obtenir une injonction contre cette nouvelle annulation pour permettre à Novak Djokovic de participer à l'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem de la saison qui débute lundi. Arrivé en Australie non-vacciné mais avec une exemption médicale due à un test PCR positif au Covid-19 daté du 16 décembre, selon ses avocats, Djokovic a dans un premier temps vu son visa refusé par les autorités australiennes, avant d'obtenir gain de cause devant une cour de justice. Le Serbe, 34 ans, tenant du titre à l'Open d'Australie et qui vise un 21e succès en Grand Chelem, un record, a bien été intégré jeudi au tableau du tournoi. Il doit à présent quitter le territoire australien mais peut interjeter appel, ce que ses avocats ont annoncé faire selon la presse australienne poursuivant le bras de fer juridique avec les autorités australiennes. Djokovic avait admis mercredi sur Instagram des "erreurs", pour n'avoir pas respecté les règles d'isolement en Serbie après sa contamination et avoir rempli de façon incorrecte son formulaire d'entrée en Australie. La décision du ministre australien implique que le Serbe sera interdit d'entrée dans le pays pendant trois ans, sauf dans certaines circonstances.