"Où est Peng Shuai?": le monde du tennis s'inquiète du sort de la joueuse chinoise, qui aurait disparu après avoir accusé de viol un dirigeant de son pays, des allégations qui méritent une enquête "transparente", a réagi dimanche la WTA.Pointée du doigt pour son silence depuis le début de l'affaire, il y a une dizaine de jours, la WTA s'est finalement exprimée dimanche dans un communiqué par l'intermédiaire de son PDG Steve Simon, estimant que "les récents événements en Chine concernant une joueuse de la WTA, Peng Shuai, (étaient) très préoccupants".

"Son accusation concernant la conduite d'un ancien dirigeant chinois, impliquant une agression sexuelle, doit être traitée avec le plus grand sérieux", a assuré l'Américain dans ce texte, réclamant que "justice soit faite"."Nous attendons que cette question soit traitée correctement, ce qui signifie que les allégations doivent faire l'objet d'une enquête complète, équitable, transparente et sans censure", a insisté Steve Simon, sans toutefois faire référence au fait que la joueuse n'avait pas réagi ou fait d'apparition publique depuis une dizaine de jours.

"Oui, ces accusations sont très inquiétantes. Je connais Peng depuis qu'elle a 14 ans, nous devrions tous être inquiets, c'est grave, où est-elle ? Est-elle en sécurité ? Toute information serait appréciée", a réagi dimanche l'ex-championne américaine Chris Evert sur Twitter.

La Française Alizé Cornet a également relayé samedi sur son compte Twitter le message #WhereIsPengShuai ("Où est Peng Shuai?"), en ajoutant "ne restons pas silencieux".

"Je ne peux pas croire que ce genre de choses arrive au XXIe siècle", a aussi déploré le Britannique Liam Broady, derrière le même mot-dièse #WhereIsPengShuai.

"Le fait que Peng Shuai ait disparu n'est pas seulement le problème de la WTA", a ajouté de son côté, toujours sur Twitter, le Français Nicolas Mahut: "Nous sommes tous concernés".

Des centaine d'anonymes ont aussi repris le hashtag #WhereIsPengShuai, notamment pour blâmer le silence de la Fédération internationale (ITF).

L'ancienne N.1 mondiale en double Peng Shuai, 35 ans, a accusé sur les réseaux sociaux un ancien haut dirigeant communiste de l'avoir contrainte à une relation sexuelle, avant d'en faire sa maîtresse.Cette accusation explosive avait été brièvement postée le 2 novembre sur le compte Weibo (un équivalent de Twitter) officiel de la joueuse spécialiste du double et lauréate notamment du tournoi de double de Roland-Garros en 2014.

Dans un long texte, Peng Shuai affirmait avoir eu, il y a trois ans, un rapport sexuel forcé avec l'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 l'un des hommes politiques les plus puissants de Chine.Dès le 4 novembre, la Chine avait bloqué toute référence à ce message attribué à Peng Shuai, mais dont l'AFP n'a pas été en mesure de confirmer s'il avait bien été écrit par la joueuse elle-même --son entourage se refusant à tout commentaire.

Si la censure avait rapidement fait disparaître le message de l'internet chinois, des captures d'écran s'étaient néanmoins répandues comme une traînée de poudre. Depuis la joueuse n'a pas communiqué ou fait d'apparition publique, et Zhang Gaoli n'a pour sa part jamais réagi publiquement à ses accusations.

Selon les données de Weibo, le message, publié sur le compte officiel de la joueuse, avait été vu plus de 100.000 fois.

"Où est Peng Shuai?": le monde du tennis s'inquiète du sort de la joueuse chinoise, qui aurait disparu après avoir accusé de viol un dirigeant de son pays, des allégations qui méritent une enquête "transparente", a réagi dimanche la WTA.Pointée du doigt pour son silence depuis le début de l'affaire, il y a une dizaine de jours, la WTA s'est finalement exprimée dimanche dans un communiqué par l'intermédiaire de son PDG Steve Simon, estimant que "les récents événements en Chine concernant une joueuse de la WTA, Peng Shuai, (étaient) très préoccupants"."Son accusation concernant la conduite d'un ancien dirigeant chinois, impliquant une agression sexuelle, doit être traitée avec le plus grand sérieux", a assuré l'Américain dans ce texte, réclamant que "justice soit faite"."Nous attendons que cette question soit traitée correctement, ce qui signifie que les allégations doivent faire l'objet d'une enquête complète, équitable, transparente et sans censure", a insisté Steve Simon, sans toutefois faire référence au fait que la joueuse n'avait pas réagi ou fait d'apparition publique depuis une dizaine de jours."Oui, ces accusations sont très inquiétantes. Je connais Peng depuis qu'elle a 14 ans, nous devrions tous être inquiets, c'est grave, où est-elle ? Est-elle en sécurité ? Toute information serait appréciée", a réagi dimanche l'ex-championne américaine Chris Evert sur Twitter.La Française Alizé Cornet a également relayé samedi sur son compte Twitter le message #WhereIsPengShuai ("Où est Peng Shuai?"), en ajoutant "ne restons pas silencieux". "Je ne peux pas croire que ce genre de choses arrive au XXIe siècle", a aussi déploré le Britannique Liam Broady, derrière le même mot-dièse #WhereIsPengShuai."Le fait que Peng Shuai ait disparu n'est pas seulement le problème de la WTA", a ajouté de son côté, toujours sur Twitter, le Français Nicolas Mahut: "Nous sommes tous concernés".Des centaine d'anonymes ont aussi repris le hashtag #WhereIsPengShuai, notamment pour blâmer le silence de la Fédération internationale (ITF).L'ancienne N.1 mondiale en double Peng Shuai, 35 ans, a accusé sur les réseaux sociaux un ancien haut dirigeant communiste de l'avoir contrainte à une relation sexuelle, avant d'en faire sa maîtresse.Cette accusation explosive avait été brièvement postée le 2 novembre sur le compte Weibo (un équivalent de Twitter) officiel de la joueuse spécialiste du double et lauréate notamment du tournoi de double de Roland-Garros en 2014. Dans un long texte, Peng Shuai affirmait avoir eu, il y a trois ans, un rapport sexuel forcé avec l'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 l'un des hommes politiques les plus puissants de Chine.Dès le 4 novembre, la Chine avait bloqué toute référence à ce message attribué à Peng Shuai, mais dont l'AFP n'a pas été en mesure de confirmer s'il avait bien été écrit par la joueuse elle-même --son entourage se refusant à tout commentaire. Si la censure avait rapidement fait disparaître le message de l'internet chinois, des captures d'écran s'étaient néanmoins répandues comme une traînée de poudre. Depuis la joueuse n'a pas communiqué ou fait d'apparition publique, et Zhang Gaoli n'a pour sa part jamais réagi publiquement à ses accusations.Selon les données de Weibo, le message, publié sur le compte officiel de la joueuse, avait été vu plus de 100.000 fois.