Le Suisse y avait remporté l'an dernier son premier tournoi du Grand Chelem au terme d'un parcours étonnant qui s'était achevé en finale par une victoire sur l'Espagnol Rafael Nadal, qu'il n'avait auparavant jamais battu. Ce succès lui avait permis d'atteindre son meilleur classement ATP (3e) dans une année riche, marquée aussi par son premier titre en Masters 1000, à Monte-Carlo, et un triomphe historique en Coupe Davis aux côtés de Roger Federer.

Pour son entrée en lice mardi, le Vaudois a dominé en trois sets maîtrisés, 6-1, 6-4, 6-2, le Turc Marsel Ilhan, qui n'a jamais dépassé plus de deux tours en Grand Chelem. "Je suis satisfait du jeu produit. C'était du bon tennis et je me sentais vraiment bien sur le court, en confiance", a affirmé le N.4 mondial, qui figure dans la même moitié de tableau que Novak Djokovic.

Novak Djokiovic, encore un peu souffrant à son arrivée à Melbourne, a bien récupéré comme en témoigne son match remporté aussi en trois sets (6-3, 6-2, 6-4) contre le Slovène Aljaz Bedene, issu des qualifications.

Le Suisse y avait remporté l'an dernier son premier tournoi du Grand Chelem au terme d'un parcours étonnant qui s'était achevé en finale par une victoire sur l'Espagnol Rafael Nadal, qu'il n'avait auparavant jamais battu. Ce succès lui avait permis d'atteindre son meilleur classement ATP (3e) dans une année riche, marquée aussi par son premier titre en Masters 1000, à Monte-Carlo, et un triomphe historique en Coupe Davis aux côtés de Roger Federer.Pour son entrée en lice mardi, le Vaudois a dominé en trois sets maîtrisés, 6-1, 6-4, 6-2, le Turc Marsel Ilhan, qui n'a jamais dépassé plus de deux tours en Grand Chelem. "Je suis satisfait du jeu produit. C'était du bon tennis et je me sentais vraiment bien sur le court, en confiance", a affirmé le N.4 mondial, qui figure dans la même moitié de tableau que Novak Djokovic. Novak Djokiovic, encore un peu souffrant à son arrivée à Melbourne, a bien récupéré comme en témoigne son match remporté aussi en trois sets (6-3, 6-2, 6-4) contre le Slovène Aljaz Bedene, issu des qualifications.