Le déclin de Rafael Nadal, 5e mondial, s'est confirmé avec sa défaite face à son compatriote Fernando Verdasco (ATP 45) au premier tour de l'Open d'Australie en cinq sets 7-6 (8/6), 4-6, 3-6, 7-6 (7/4), 6-2, mardi à Melbourne.

L'Espagnol, âgé de 29 ans, n'avait perdu qu'une fois dans toute sa carrière au premier tour d'un tournoi du Grand Chelem, à Wimbledon en 2013, où il avait été sorti par Steve Darcis. A Melbourne, où il avait gagné en 2009 l'un de ses 14 tournois majeurs, il était allé au moins en quarts de finale lors de ses huit dernières participations. Il y a sept ans, en route vers le titre, il avait justement battu Verdasco dans un somptueux marathon de plus cinq heures resté dans toutes les mémoires.

Le remake n'a pas déçu par l'intensité et le suspense, même si les deux joueurs n'occupent plus la même position dans la hiérarchie mondiale. Nadal a été inférieur dans les moments cruciaux: dans les tie-breaks des premier et quatrième sets, et dans la cinquième manche où il s'est effondré après avoir marqué les deux premiers jeux, preuve que sa confiance est toujours en berne. Il n'a pas été capable de prendre l'initiative dans le jeu, réussissant presque deux fois moins de coups gagnants du fond du court que son adversaire (29 contre 57). Verdasco est parvenu à s'imposer en commettant le total considérable de 91 fautes directes.

Cet échec est particulièrement cuisant pour le Majorquin qui pensait être sur la bonne voie en fin de saison dernière après avoir traversé la pire période de sa carrière. En 2015, il n'a pas dépassé les quarts de finale en Grand Chelem. Sa dernière victoire majeure remonte à Roland-Garros en 2014. Nadal avait commencé sa saison 2016 honorablement en atteignant la finale du tournoi de Doha, mais sa défaite écrasante contre le Serbe Novak Djokovic 6-1, 6-2, avait marqué les limites de son regain de forme.

Le déclin de Rafael Nadal, 5e mondial, s'est confirmé avec sa défaite face à son compatriote Fernando Verdasco (ATP 45) au premier tour de l'Open d'Australie en cinq sets 7-6 (8/6), 4-6, 3-6, 7-6 (7/4), 6-2, mardi à Melbourne. L'Espagnol, âgé de 29 ans, n'avait perdu qu'une fois dans toute sa carrière au premier tour d'un tournoi du Grand Chelem, à Wimbledon en 2013, où il avait été sorti par Steve Darcis. A Melbourne, où il avait gagné en 2009 l'un de ses 14 tournois majeurs, il était allé au moins en quarts de finale lors de ses huit dernières participations. Il y a sept ans, en route vers le titre, il avait justement battu Verdasco dans un somptueux marathon de plus cinq heures resté dans toutes les mémoires. Le remake n'a pas déçu par l'intensité et le suspense, même si les deux joueurs n'occupent plus la même position dans la hiérarchie mondiale. Nadal a été inférieur dans les moments cruciaux: dans les tie-breaks des premier et quatrième sets, et dans la cinquième manche où il s'est effondré après avoir marqué les deux premiers jeux, preuve que sa confiance est toujours en berne. Il n'a pas été capable de prendre l'initiative dans le jeu, réussissant presque deux fois moins de coups gagnants du fond du court que son adversaire (29 contre 57). Verdasco est parvenu à s'imposer en commettant le total considérable de 91 fautes directes. Cet échec est particulièrement cuisant pour le Majorquin qui pensait être sur la bonne voie en fin de saison dernière après avoir traversé la pire période de sa carrière. En 2015, il n'a pas dépassé les quarts de finale en Grand Chelem. Sa dernière victoire majeure remonte à Roland-Garros en 2014. Nadal avait commencé sa saison 2016 honorablement en atteignant la finale du tournoi de Doha, mais sa défaite écrasante contre le Serbe Novak Djokovic 6-1, 6-2, avait marqué les limites de son regain de forme.