Murray retrouvera en demi-finales le Tchèque Tomas Berdych, N.7 mondial, tombeur de Rafael Nadal. C'est la quinzième fois que le Britannique, lauréat de l'US Open en 2012 et de Wimbledon en 2013, accède à ce niveau en Grand Chelem. Il a disputé trois finales à Melbourne (2010, 2011, 2013), sans en remporter une seule, et s'est invité une autre fois dans le dernier carré (2012).

Face à Kyrgios, Murray a fait la différence grâce à son expérience et en soignant ses retours. Réputé pour son service de plomb, le jeune australien n'a pas pu s'exprimer autant qu'il l'aurait voulu (9 aces). Ironie du sort, il a été dépassé dans ce registre par le Britannique, auteur de 13 aces avec un meilleur pourcentage de premières balles (69 contre 63%).

Premier Australien à atteindre les quarts de finale à Melbourne depuis dix ans, Kyrgios a entrevu, impuissant, l'étendue du chemin lui restant à parcourir pour rivaliser avec les meilleurs. Le jeune homme de Canberra, 19 ans, capable de se transcender lors des tours précédents grâce au soutien de son public, n'a cette fois-ci par réussi à enflammer le match.

Murray l'en a empêché, en dictant le jeu, et en l'usant par sa défense tout-terrain. Le peu d'occasions qu'a eu Kyrgios ont presque tout le temps été tuées dans l'oeuf par le Britannique qui a fait admirer la large palette de son jeu, entre amorties, passing-shots et lobs. Et dans ces rares moments, Kyrgios a montré quelques limites au niveau technique.

Murray retrouvera en demi-finales le Tchèque Tomas Berdych, N.7 mondial, tombeur de Rafael Nadal. C'est la quinzième fois que le Britannique, lauréat de l'US Open en 2012 et de Wimbledon en 2013, accède à ce niveau en Grand Chelem. Il a disputé trois finales à Melbourne (2010, 2011, 2013), sans en remporter une seule, et s'est invité une autre fois dans le dernier carré (2012).Face à Kyrgios, Murray a fait la différence grâce à son expérience et en soignant ses retours. Réputé pour son service de plomb, le jeune australien n'a pas pu s'exprimer autant qu'il l'aurait voulu (9 aces). Ironie du sort, il a été dépassé dans ce registre par le Britannique, auteur de 13 aces avec un meilleur pourcentage de premières balles (69 contre 63%).Premier Australien à atteindre les quarts de finale à Melbourne depuis dix ans, Kyrgios a entrevu, impuissant, l'étendue du chemin lui restant à parcourir pour rivaliser avec les meilleurs. Le jeune homme de Canberra, 19 ans, capable de se transcender lors des tours précédents grâce au soutien de son public, n'a cette fois-ci par réussi à enflammer le match.Murray l'en a empêché, en dictant le jeu, et en l'usant par sa défense tout-terrain. Le peu d'occasions qu'a eu Kyrgios ont presque tout le temps été tuées dans l'oeuf par le Britannique qui a fait admirer la large palette de son jeu, entre amorties, passing-shots et lobs. Et dans ces rares moments, Kyrgios a montré quelques limites au niveau technique.