Le Belge de 27 ans s'était qualifié jeudi pour la toute première finale du Grand Chelem de sa carrière dans un tournoi en fauteuil roulant, en se débarrassant du Français Stéphane Houdet (ITF 2), 44 ans, qui l'avait battu l'an passé au même stade. Gordon Reid, tombeur au premier tour de l'empereur de la discipline, le Japonais Shingo Kunieda (ITF 1), s'était, lui, débarrassé de l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 6), partenaire de Gérard en double.

"Continuer à travailler pour gagner Roland Garros"

"Je suis un peu déçu, évidemment. C'est humain. J'aurais voulu gagner, mais ce fut une belle finale", confie-t-il.

Cette finale entre Joachim Gérard et Gordon Reid fut somptueuse, avec de nombreux coups gagnants et des défenses héroïques. Le premier set dura d'ailleurs 1h04 à lui seul. Et il fut probablement le tournant du match. "C'était un gros match. Malheureusement, j'ai commis un peu plus de fautes que lui, et des bêtes fautes à des moments importants", commenta-t-il.

"Les deux doubles fautes que j'ai servies dans le tie-break m'ont coûté cher. Si je dois nourrir un regret, c'est sans doute celui-là. J'aurais également pu mieux retourner. Cela avait un de mes atouts lors de ma victoire au Masters. Gordon est très talentueux. Et il m'a bien embêté avec son service de gaucher. A l'arrivée, il a joué plus juste que moi." Joachim Gérard, cela dit, gardera un excellent souvenir de cet Australian Open.

"Une première finale du Grand Chelem, cela ne s'oublie pas. J'aurais bien entendu aimé la remporter, mais j'ai vécu une belle semaine. Cela ne peut que m'encourager à poursuivre dans cette voie. J'ai perdu aujourd'hui, mais je vais tout faire pour que la prochaine finale s'achève par une victoire. Je vais continuer à travailler, mettre les bouchées doubles pour gagner Roland Garros!"

Le Belge de 27 ans s'était qualifié jeudi pour la toute première finale du Grand Chelem de sa carrière dans un tournoi en fauteuil roulant, en se débarrassant du Français Stéphane Houdet (ITF 2), 44 ans, qui l'avait battu l'an passé au même stade. Gordon Reid, tombeur au premier tour de l'empereur de la discipline, le Japonais Shingo Kunieda (ITF 1), s'était, lui, débarrassé de l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 6), partenaire de Gérard en double."Je suis un peu déçu, évidemment. C'est humain. J'aurais voulu gagner, mais ce fut une belle finale", confie-t-il. Cette finale entre Joachim Gérard et Gordon Reid fut somptueuse, avec de nombreux coups gagnants et des défenses héroïques. Le premier set dura d'ailleurs 1h04 à lui seul. Et il fut probablement le tournant du match. "C'était un gros match. Malheureusement, j'ai commis un peu plus de fautes que lui, et des bêtes fautes à des moments importants", commenta-t-il. "Les deux doubles fautes que j'ai servies dans le tie-break m'ont coûté cher. Si je dois nourrir un regret, c'est sans doute celui-là. J'aurais également pu mieux retourner. Cela avait un de mes atouts lors de ma victoire au Masters. Gordon est très talentueux. Et il m'a bien embêté avec son service de gaucher. A l'arrivée, il a joué plus juste que moi." Joachim Gérard, cela dit, gardera un excellent souvenir de cet Australian Open. "Une première finale du Grand Chelem, cela ne s'oublie pas. J'aurais bien entendu aimé la remporter, mais j'ai vécu une belle semaine. Cela ne peut que m'encourager à poursuivre dans cette voie. J'ai perdu aujourd'hui, mais je vais tout faire pour que la prochaine finale s'achève par une victoire. Je vais continuer à travailler, mettre les bouchées doubles pour gagner Roland Garros!"