L'Autrichien, au jeu bâti sur un physique monstrueux, a remporté le dernier US Open et avait atteint la finale à Melbourne l'an dernier.

QUESTION: Que s'est-il passé face à Dimitrov ?

REPONSE: "C'est une combinaison de petites choses: quelques petits soucis physiques, plus un très mauvais jour, plus le fait que c'est un très bon joueur. Je ne veux pas en dire plus sur les pépins physiques, je ne veux pas me trouver d'excuses. Mais le fait est que je ne suis pas une machine. Parfois, j'aimerais en être une. Mais il y a de très, très mauvais jours. Dès qu'on n'est pas à 100%, sur le court, à ce niveau, ce type de résultat est susceptible d'arriver. Comme aujourd'hui."

Q: Etiez-vous remis de votre match contre Kyrgios vendredi, avec toute l'énergie physique et mentale que vous avez dû puiser pour retourner un match mal embarqué devant une foule bruyante et tout acquise à votre adversaire ?

R: "C'était un sacré match et bien sûr le réveil n'était pas tout à fait le même qu'après un match normal. Surtout à cause de toute l'énergie envoyée par le public. Mais sinon, ça ne m'a pas vraiment affecté aujourd'hui."

Q: Etes-vous toujours sur la vague de votre victoire à l'US Open en septembre ?

R: "Aujourd'hui est vraiment une mauvaise journée, j'ai fait un mauvais match. Mais l'euphorie de l'US Open est déjà passée depuis longtemps. Ca a été génial pendant quelques jours, mais le monde du tennis tourne très vite et dès Roland-Garros, c'était oublié. Ca n'a plus d'impact sur moi, surtout que maintenant ça fait quatre ou cinq mois..."

Propos recueillis en conférence de presse

L'Autrichien, au jeu bâti sur un physique monstrueux, a remporté le dernier US Open et avait atteint la finale à Melbourne l'an dernier.QUESTION: Que s'est-il passé face à Dimitrov ?REPONSE: "C'est une combinaison de petites choses: quelques petits soucis physiques, plus un très mauvais jour, plus le fait que c'est un très bon joueur. Je ne veux pas en dire plus sur les pépins physiques, je ne veux pas me trouver d'excuses. Mais le fait est que je ne suis pas une machine. Parfois, j'aimerais en être une. Mais il y a de très, très mauvais jours. Dès qu'on n'est pas à 100%, sur le court, à ce niveau, ce type de résultat est susceptible d'arriver. Comme aujourd'hui."Q: Etiez-vous remis de votre match contre Kyrgios vendredi, avec toute l'énergie physique et mentale que vous avez dû puiser pour retourner un match mal embarqué devant une foule bruyante et tout acquise à votre adversaire ?R: "C'était un sacré match et bien sûr le réveil n'était pas tout à fait le même qu'après un match normal. Surtout à cause de toute l'énergie envoyée par le public. Mais sinon, ça ne m'a pas vraiment affecté aujourd'hui."Q: Etes-vous toujours sur la vague de votre victoire à l'US Open en septembre ?R: "Aujourd'hui est vraiment une mauvaise journée, j'ai fait un mauvais match. Mais l'euphorie de l'US Open est déjà passée depuis longtemps. Ca a été génial pendant quelques jours, mais le monde du tennis tourne très vite et dès Roland-Garros, c'était oublié. Ca n'a plus d'impact sur moi, surtout que maintenant ça fait quatre ou cinq mois..."Propos recueillis en conférence de presse