Novak Djokovic pourrait renoncer à Roland-Garros et Wimbledon si les deux tournois exigent une vaccination obligatoire contre le covid-19. "Oui, c'est le prix que je suis prêt à payer", a déclaré le Serbe, interrogé s'il était prêt à sacrifier sa participation à de tels tournois en raison de sa position sur le vaccin, dans une interview diffusée mardi sur la BBC.

"Je n'ai jamais été contre la vaccination, mais j'ai toujours défendu la liberté de choisir ce que vous injectez dans votre corps", a expliqué le N.1 mondial, qui ne souhaite pas être associé au mouvement anti-vax. Djokovic a indiqué qu'il espérait que les exigences en matière de vaccination dans certains tournois changeraient, ajoutant qu'il espérait "pouvoir jouer pendant de nombreuses années encore." Mais il a également confirmé qu'il était prêt à renoncer à la possibilité de battre le record de victoires en Grand Chelem, désormais détenu par Rafael Nadal après sa victoire à l'Open d'Australie. "Parce que les principes de décision sur mon corps sont plus importants que n'importe quel titre ou quoi que ce soit d'autre. J'essaie d'être en phase autant que possible avec mon corps", a expliqué le Serbe.

Djokovic affirme "garder l'esprit ouvert" quant à la possibilité de se faire vacciner à l'avenir, "car nous essayons tous de trouver collectivement la meilleure solution possible pour mettre fin au Covid. Je n'ai jamais été contre la vaccination. Je comprends qu'au niveau mondial, tout le monde essaie de faire un gros effort pour gérer ce virus et voir, espérons-le, une fin prochaine à ce virus."

Novak Djokovic n'avait pu participer à l'Open d'Australie le mois passé car son visa avait été annulé par le ministre de l'Immigration Alex Hawke. Le Serbe devrait faire son retour au tournoi de Dubaï qui commence le 21 février.

Novak Djokovic pourrait renoncer à Roland-Garros et Wimbledon si les deux tournois exigent une vaccination obligatoire contre le covid-19. "Oui, c'est le prix que je suis prêt à payer", a déclaré le Serbe, interrogé s'il était prêt à sacrifier sa participation à de tels tournois en raison de sa position sur le vaccin, dans une interview diffusée mardi sur la BBC."Je n'ai jamais été contre la vaccination, mais j'ai toujours défendu la liberté de choisir ce que vous injectez dans votre corps", a expliqué le N.1 mondial, qui ne souhaite pas être associé au mouvement anti-vax. Djokovic a indiqué qu'il espérait que les exigences en matière de vaccination dans certains tournois changeraient, ajoutant qu'il espérait "pouvoir jouer pendant de nombreuses années encore." Mais il a également confirmé qu'il était prêt à renoncer à la possibilité de battre le record de victoires en Grand Chelem, désormais détenu par Rafael Nadal après sa victoire à l'Open d'Australie. "Parce que les principes de décision sur mon corps sont plus importants que n'importe quel titre ou quoi que ce soit d'autre. J'essaie d'être en phase autant que possible avec mon corps", a expliqué le Serbe. Djokovic affirme "garder l'esprit ouvert" quant à la possibilité de se faire vacciner à l'avenir, "car nous essayons tous de trouver collectivement la meilleure solution possible pour mettre fin au Covid. Je n'ai jamais été contre la vaccination. Je comprends qu'au niveau mondial, tout le monde essaie de faire un gros effort pour gérer ce virus et voir, espérons-le, une fin prochaine à ce virus." Novak Djokovic n'avait pu participer à l'Open d'Australie le mois passé car son visa avait été annulé par le ministre de l'Immigration Alex Hawke. Le Serbe devrait faire son retour au tournoi de Dubaï qui commence le 21 février.