Nick Kyrgios a demandé mardi l'annulation de l'Open d'Australie de tennis, montrant contre toute attente de la sympathie pour le numéro 1 mondial Novak Djokovic, qui a refusé de dire s'il est vacciné contre le coronavirus.

Le fantasque Australien, désormais 90e mondial, estime que le tournoi du grand chelem, prévu du 17 au 30 janvier 2022, ne devrait pas se tenir, par respect pour les habitants de la ville hôte Melbourne, qui ont connu 260 jours de confinement depuis le début de la pandémie et peinent toujours à endiguer le virus. "Combien de temps (Melbourne) a été confinée ? 275 jours ou quelque chose comme ça ?", a-t-il interrogé sur son podcast, No Boundaries.

Le ministre des Sports de l'État du Victoria, où se trouve Melbourne, a réagi en disant ne "pas pourvoir suivre la logique" de Kyrgios. "Les habitants de Melbourne, du Victoria et, franchement, tous les Australiens sont absolument avides de grands événements", a-t-il expliqué à la presse. "Notre économie en a besoin, le moral de notre État en a besoin".

Kyrgios a alors décidé d'expliquer son point de vue dans un message vidéo sur Instagram. "Mes propos ont été sortis de leur contexte. Je pratique ce sport depuis plus de 15 ans et j'ai fait beaucoup de sacrifices pour cela. Les habitants de Melbourne ont vécu un enfer. Ils ont été enfermés pendant presque 300 jours, leur liberté leur a été retirée. Je pense qu'il est moralement incorrect de faire venir des joueurs étrangers dans notre pays", a déclaré Kyrgios, qui a souligné qu'il était entièrement vacciné contre le coronavirus.

Le tournoi s'est tenu cette année, mais les joueurs étaient soumis à une quarantaine de deux semaines en hôtel, la présence du public était limitée et un confinement de cinq jours a été mis en place au mitan de la compétition. Les organisateurs sont confiants sur la tenue de l'édition 2022, les joueurs entièrement vaccinés pouvant entrer sur le territoire sans quarantaine ni bulle sanitaire.

Aucune exemption ne sera accordée aux joueurs non vaccinés, a prévenu le Premier ministre de l'État de Victoria, Daniel Andrews, jetant un doute sur la participation du Serbe Novak Djokovic, neuf fois titré à Melbourne et qui refuse de dire s'il est vacciné ou non.

Kyrgios entretenait une relation tendue avec le numéro 1 mondial, le qualifiant de "crétin" lors du dernier Open d'Australie après sa demande d'assouplissement de la quarantaine des joueurs. L'Australien défend désormais le droit de Djokovic de participer aux compétitions, qu'il soit immunisé. "Je pense que ce n'est pas bien, moralement, de forcer quelqu'un à être vacciné. Je ne pense pas qu'il est juste de forcer quelqu'un (à être vacciné) et de dire +tu ne peux pas venir jouer ici parce que tu n'es pas vacciné", a-t-il ajouté. "Il y a d'autres solutions, (comme) se faire tester tous les jours".

Nick Kyrgios a demandé mardi l'annulation de l'Open d'Australie de tennis, montrant contre toute attente de la sympathie pour le numéro 1 mondial Novak Djokovic, qui a refusé de dire s'il est vacciné contre le coronavirus. Le fantasque Australien, désormais 90e mondial, estime que le tournoi du grand chelem, prévu du 17 au 30 janvier 2022, ne devrait pas se tenir, par respect pour les habitants de la ville hôte Melbourne, qui ont connu 260 jours de confinement depuis le début de la pandémie et peinent toujours à endiguer le virus. "Combien de temps (Melbourne) a été confinée ? 275 jours ou quelque chose comme ça ?", a-t-il interrogé sur son podcast, No Boundaries. Le ministre des Sports de l'État du Victoria, où se trouve Melbourne, a réagi en disant ne "pas pourvoir suivre la logique" de Kyrgios. "Les habitants de Melbourne, du Victoria et, franchement, tous les Australiens sont absolument avides de grands événements", a-t-il expliqué à la presse. "Notre économie en a besoin, le moral de notre État en a besoin". Kyrgios a alors décidé d'expliquer son point de vue dans un message vidéo sur Instagram. "Mes propos ont été sortis de leur contexte. Je pratique ce sport depuis plus de 15 ans et j'ai fait beaucoup de sacrifices pour cela. Les habitants de Melbourne ont vécu un enfer. Ils ont été enfermés pendant presque 300 jours, leur liberté leur a été retirée. Je pense qu'il est moralement incorrect de faire venir des joueurs étrangers dans notre pays", a déclaré Kyrgios, qui a souligné qu'il était entièrement vacciné contre le coronavirus. Le tournoi s'est tenu cette année, mais les joueurs étaient soumis à une quarantaine de deux semaines en hôtel, la présence du public était limitée et un confinement de cinq jours a été mis en place au mitan de la compétition. Les organisateurs sont confiants sur la tenue de l'édition 2022, les joueurs entièrement vaccinés pouvant entrer sur le territoire sans quarantaine ni bulle sanitaire. Aucune exemption ne sera accordée aux joueurs non vaccinés, a prévenu le Premier ministre de l'État de Victoria, Daniel Andrews, jetant un doute sur la participation du Serbe Novak Djokovic, neuf fois titré à Melbourne et qui refuse de dire s'il est vacciné ou non. Kyrgios entretenait une relation tendue avec le numéro 1 mondial, le qualifiant de "crétin" lors du dernier Open d'Australie après sa demande d'assouplissement de la quarantaine des joueurs. L'Australien défend désormais le droit de Djokovic de participer aux compétitions, qu'il soit immunisé. "Je pense que ce n'est pas bien, moralement, de forcer quelqu'un à être vacciné. Je ne pense pas qu'il est juste de forcer quelqu'un (à être vacciné) et de dire +tu ne peux pas venir jouer ici parce que tu n'es pas vacciné", a-t-il ajouté. "Il y a d'autres solutions, (comme) se faire tester tous les jours".