Roger Federer (ATP 2) disputera sa huitième finale du Masters contre le Serbe Novak Djokovic (ATP 1), après avoir battu le Britannique Andy Murray (ATP 3) en deux sets 7-6 (7/5), 6-2 en 1h33, dimanche. Djokovic s'était qualifié dans l'après-midi aux dépens de l'Argentin Juan Martin Del Potro en trois sets 4-6, 6-3, 6-2 en 2h12.

Federer, double tenant du titre et détenteur du record de trophées dans l'épreuve avec six victoires, a nettement dominé un Murray très décevant. Le champion helvétique a profité du manque de réussite de Murray au service pour l'agresser sur ses deuxièmes balles. Le Britannique n'a jamais su prendre l'initiative du fond du court.

Federer a pourtant commencé de la plus mauvaise manière en cédant son service d'entrée. Il ne s'est évidemment pas affolé et est parvenu à recoller à 4-4, avant de faire la différence au tie-break.

Dans la deuxième manche, c'est le Suisse qui s'est emparé du service adverse dès le troisième jeu. Il a définitivement fait la différence avec un deuxième break au septième jeu (5-2) avant de conclure.

La finale Djokovic-Federer sera le point final idéal de la saison entre les N.1 et N.2 mondiaux, qui se connaissent parfaitement puisqu'il s'agira de leur 29e duel sur le circuit (16 victoires à 12 pour Federer). Il s'agira de la huitième finale de Federer, qui s'est déjà imposé à six reprises dans l'épreuve dont les deux dernières années. Djokoivc compte un succès en 2008.

Djokovic : "Le retour de service clé du match"

Novak Djokovic (Ser/vainqueur de l'Argentin Juan Martin Del Potro en demi-finale du Masters): "C'est un grand serveur et je savais que la clé du match serait de retourner aussi souvent que possible pour engager l'échange."

"Au début, je n'y arrivais pas et je faisais beaucoup de fautes. Mais j'étais persuadé de pouvoir revenir dans le match. Par la suite, j'ai pu jouer un tennis fluide, ce qui me donne confiance pour la finale. J'ai plus joué sur son revers alors qu'au premier set, je jouais trop sur son coup droit et je me faisais punir. Je suis très heureux car je n'avais jamais atteint la finale du Masters à Londres. Je suis arrivé un peu plus frais que les deux années précédentes. La finale sera mon dernier match de l'année, alors je vais donner le meilleur de moi-même avant de prendre une ou deux semaines de vacances."

Avec Belga

Roger Federer (ATP 2) disputera sa huitième finale du Masters contre le Serbe Novak Djokovic (ATP 1), après avoir battu le Britannique Andy Murray (ATP 3) en deux sets 7-6 (7/5), 6-2 en 1h33, dimanche. Djokovic s'était qualifié dans l'après-midi aux dépens de l'Argentin Juan Martin Del Potro en trois sets 4-6, 6-3, 6-2 en 2h12. Federer, double tenant du titre et détenteur du record de trophées dans l'épreuve avec six victoires, a nettement dominé un Murray très décevant. Le champion helvétique a profité du manque de réussite de Murray au service pour l'agresser sur ses deuxièmes balles. Le Britannique n'a jamais su prendre l'initiative du fond du court. Federer a pourtant commencé de la plus mauvaise manière en cédant son service d'entrée. Il ne s'est évidemment pas affolé et est parvenu à recoller à 4-4, avant de faire la différence au tie-break. Dans la deuxième manche, c'est le Suisse qui s'est emparé du service adverse dès le troisième jeu. Il a définitivement fait la différence avec un deuxième break au septième jeu (5-2) avant de conclure. La finale Djokovic-Federer sera le point final idéal de la saison entre les N.1 et N.2 mondiaux, qui se connaissent parfaitement puisqu'il s'agira de leur 29e duel sur le circuit (16 victoires à 12 pour Federer). Il s'agira de la huitième finale de Federer, qui s'est déjà imposé à six reprises dans l'épreuve dont les deux dernières années. Djokoivc compte un succès en 2008.Djokovic : "Le retour de service clé du match"Novak Djokovic (Ser/vainqueur de l'Argentin Juan Martin Del Potro en demi-finale du Masters): "C'est un grand serveur et je savais que la clé du match serait de retourner aussi souvent que possible pour engager l'échange." "Au début, je n'y arrivais pas et je faisais beaucoup de fautes. Mais j'étais persuadé de pouvoir revenir dans le match. Par la suite, j'ai pu jouer un tennis fluide, ce qui me donne confiance pour la finale. J'ai plus joué sur son revers alors qu'au premier set, je jouais trop sur son coup droit et je me faisais punir. Je suis très heureux car je n'avais jamais atteint la finale du Masters à Londres. Je suis arrivé un peu plus frais que les deux années précédentes. La finale sera mon dernier match de l'année, alors je vais donner le meilleur de moi-même avant de prendre une ou deux semaines de vacances."Avec Belga