Le Serbe sera assuré de garder la première place en fin de saison, comme en 2011 et 2012, en cas de succès lors son dernier match de poule vendredi contre le Tchèque Tomas Berdych, l'une de ses proies favorites.

"Djoko" a proposé un nouveau récital et une nouvelle leçon de rapidité devant les spectateurs de l'O2 Arena de Londres, deux jours après un premier succès fulgurant (6-1, 6-1) face à Marin Cilic.

Cinquante-six minutes lui avait été nécessaires pour éteindre le géant croate, lauréat de l'US Open. Il a cette fois-ci eu besoin d'1h05 pour mettre en pièces Wawrinka, vainqueur de l'Open d'Australie. Tant pis pour le public londonien qui n'aura toujours pas assisté à un match en trois sets depuis le début de la compétition.

"Stan n'était visiblement pas à son meilleur niveau aujourd'hui. Il a commis beaucoup de fautes directes (29) et a servi assez peu de premières balles. J'ai su me montrer très solide dans tous les compartiments du jeu", a affirmé Djokovic qui a marqué deux fois plus de points que son adversaire (62 contre 31) et est quasiment qualifié pour les demi-finales à Londres.

"Stanimal" a fait illusion en breakant d'entrée et en convertissant dans la foulée son premier jeu de service pour mener 2-0, avant de subir la loi du "Djoker", époustouflant par sa qualité de relance et sa couverture du terrain.

Le Serbe donnait l'impression d'être un mur qui renvoyait tout. Il a aussi confirmé ses grands progrès au service en convertissant 76% des points sur ses premières balles.

Wawrinka a sauvé les apparences dans la première manche avant que la partie ne tourne ensuite à la correction, le Vaudois montrant même des signes d'impuissance face au Belgradois qui distribuait des boulets de canon en retour, même sur des services à plus de 200 km/h.

C'est la 29e victoire d'affilée en indoor pour le N.1 mondial qui n'a plus perdu dans ses conditions depuis l'automne 2012 à Paris-Bercy. Vu le niveau fourni, il est plus que jamais bien placé pour remporter le Masters pour la troisième année d'affilée et ainsi égaler Ilie Nastase et Ivan Lendl, titrés respectivement de 1971 à 1973 et de 1985 à 1987.

Inutile de dire qu'il partira grandissime favori face à Berdych, qu'il a battu à seize reprises en dix-huit duels. La dernière fois, début octobre en finale à Pékin, le N.7 mondial n'avait carrément pas vu le jour (défaite 6-2, 6-0).

"J'essaierai de gagner trois jeux, peut-être quatre. Ce sera toujours mieux que la dernière fois", a plaisanté l'intéressé, après son succès (6-3, 6-1), quelques heures plus tôt, face à un Cilic, décidément pas dans son assiette au "Tournoi des maîtres".

Le Serbe sera assuré de garder la première place en fin de saison, comme en 2011 et 2012, en cas de succès lors son dernier match de poule vendredi contre le Tchèque Tomas Berdych, l'une de ses proies favorites."Djoko" a proposé un nouveau récital et une nouvelle leçon de rapidité devant les spectateurs de l'O2 Arena de Londres, deux jours après un premier succès fulgurant (6-1, 6-1) face à Marin Cilic.Cinquante-six minutes lui avait été nécessaires pour éteindre le géant croate, lauréat de l'US Open. Il a cette fois-ci eu besoin d'1h05 pour mettre en pièces Wawrinka, vainqueur de l'Open d'Australie. Tant pis pour le public londonien qui n'aura toujours pas assisté à un match en trois sets depuis le début de la compétition."Stan n'était visiblement pas à son meilleur niveau aujourd'hui. Il a commis beaucoup de fautes directes (29) et a servi assez peu de premières balles. J'ai su me montrer très solide dans tous les compartiments du jeu", a affirmé Djokovic qui a marqué deux fois plus de points que son adversaire (62 contre 31) et est quasiment qualifié pour les demi-finales à Londres."Stanimal" a fait illusion en breakant d'entrée et en convertissant dans la foulée son premier jeu de service pour mener 2-0, avant de subir la loi du "Djoker", époustouflant par sa qualité de relance et sa couverture du terrain.Le Serbe donnait l'impression d'être un mur qui renvoyait tout. Il a aussi confirmé ses grands progrès au service en convertissant 76% des points sur ses premières balles.Wawrinka a sauvé les apparences dans la première manche avant que la partie ne tourne ensuite à la correction, le Vaudois montrant même des signes d'impuissance face au Belgradois qui distribuait des boulets de canon en retour, même sur des services à plus de 200 km/h.C'est la 29e victoire d'affilée en indoor pour le N.1 mondial qui n'a plus perdu dans ses conditions depuis l'automne 2012 à Paris-Bercy. Vu le niveau fourni, il est plus que jamais bien placé pour remporter le Masters pour la troisième année d'affilée et ainsi égaler Ilie Nastase et Ivan Lendl, titrés respectivement de 1971 à 1973 et de 1985 à 1987.Inutile de dire qu'il partira grandissime favori face à Berdych, qu'il a battu à seize reprises en dix-huit duels. La dernière fois, début octobre en finale à Pékin, le N.7 mondial n'avait carrément pas vu le jour (défaite 6-2, 6-0)."J'essaierai de gagner trois jeux, peut-être quatre. Ce sera toujours mieux que la dernière fois", a plaisanté l'intéressé, après son succès (6-3, 6-1), quelques heures plus tôt, face à un Cilic, décidément pas dans son assiette au "Tournoi des maîtres".