"C'était vraiment un thriller ce match", a commenté la Française après sa victoire, "elle a été très agressive dès la première balle. J'ai eu du mal au début mais je me suis accrochée et je me suis battue, je suis contente que ça ait payé". Sharapova était revenue mercredi et avait passé trois tours à Stuttgart, sous le feu des projecteurs médiatiques du monde entier, mais Mladenovic était sa première adversaire du top 20 mondial. "Si on m'avait dit au début de la semaine que je serais arrivée jusque là, j'aurais été heureuse", a dit Sharapova, "je suis vraiment contente de la façon dont j'ai joué". Reste à savoir désormais si les organisateurs de Roland Garros, puis de Wimbledon, lui accorderont une invitation pour participer aux tournois du Grand Chelem. Actuellement autour de la 260e place mondiale après Stuttgart, selon la WTA, Sharapova est déjà invitée à Rome et à Madrid, ce qui a fait grincer des dents plusieurs de ses adversaires.

L'ex-numéro un mondiale avait été privée de compétition pendant deux ans par l'ITF après un contrôle positif en janvier 2016. Puis sa suspension avait été réduite à 15 mois par le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui avait reconnu qu'elle n'avait pas eu l'intention de tricher. La jeune femme utilisait depuis plusieurs années le meldonium, alors autorisé, mais ce médicament a été reclassifié en produit interdit par l'AMA (Agence mondiale antidopage) début 2016. Sharapova affirme n'avoir pas vérifié la liste à temps, et avoir continué à prendre son meldonium sans s'apercevoir qu'il venait d'être interdit.

"C'était vraiment un thriller ce match", a commenté la Française après sa victoire, "elle a été très agressive dès la première balle. J'ai eu du mal au début mais je me suis accrochée et je me suis battue, je suis contente que ça ait payé". Sharapova était revenue mercredi et avait passé trois tours à Stuttgart, sous le feu des projecteurs médiatiques du monde entier, mais Mladenovic était sa première adversaire du top 20 mondial. "Si on m'avait dit au début de la semaine que je serais arrivée jusque là, j'aurais été heureuse", a dit Sharapova, "je suis vraiment contente de la façon dont j'ai joué". Reste à savoir désormais si les organisateurs de Roland Garros, puis de Wimbledon, lui accorderont une invitation pour participer aux tournois du Grand Chelem. Actuellement autour de la 260e place mondiale après Stuttgart, selon la WTA, Sharapova est déjà invitée à Rome et à Madrid, ce qui a fait grincer des dents plusieurs de ses adversaires. L'ex-numéro un mondiale avait été privée de compétition pendant deux ans par l'ITF après un contrôle positif en janvier 2016. Puis sa suspension avait été réduite à 15 mois par le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui avait reconnu qu'elle n'avait pas eu l'intention de tricher. La jeune femme utilisait depuis plusieurs années le meldonium, alors autorisé, mais ce médicament a été reclassifié en produit interdit par l'AMA (Agence mondiale antidopage) début 2016. Sharapova affirme n'avoir pas vérifié la liste à temps, et avoir continué à prendre son meldonium sans s'apercevoir qu'il venait d'être interdit.