"Je crois dans mes capacités à aller loin et à me battre pour l'un des plus prestigieux trophées du tennis. Et encore plus en tant que tenant du titre, je pense pouvoir le refaire", a déclaré le N.1 mondial deux jours avant le début du tournoi où il a remporté deux de ses vingt Majeurs.

"Mais il y a beaucoup de joueurs qui veulent mettre la main sur ce trophée, j'en suis absolument conscient", a-t-il ajouté après avoir référencé notamment Nadal, potentiel adversaire en quarts de finale, et Alcaraz, possible adversaire en demies.

"L'expérience acquise sur le circuit depuis toutes ces années aide à gérer son énergie match après match, à trouver la bonne intensité et à atteindre son meilleur niveau au bon moment. Gagner un tournoi du Grand Chelem est un rêve pour beaucoup de joueurs et c'est pour ça qu'il ne faut sous-estimer personne. Mais avec tout le respect que je dois aux joueurs, au tennis et au tournoi, je crois en mes chances parce que je l'ai déjà fait et je sais ce que cela demande", a-t-il commenté.

Après une élimination dès son entrée en lice à Monte-Carlo en avril, Djokovic qui fêtera ses 35 ans dimanche a atteint la finale à Belgrade (battu par Rublev), puis les demies à Madrid (battu par Alcaraz) et s'est imposé à Rome.

"Il m'a toujours fallu plusieurs tournois à chaque saison avant de me sentir vraiment bien sur la terre battue. Cette année, il m'a fallu deux tournois pour sentir que je me rapprochais vraiment du niveau que je visais et que j'ai atteint à Rome où j'ai gagné le tournoi sans perdre un set", a-t-il prévenu.

"Je crois dans mes capacités à aller loin et à me battre pour l'un des plus prestigieux trophées du tennis. Et encore plus en tant que tenant du titre, je pense pouvoir le refaire", a déclaré le N.1 mondial deux jours avant le début du tournoi où il a remporté deux de ses vingt Majeurs. "Mais il y a beaucoup de joueurs qui veulent mettre la main sur ce trophée, j'en suis absolument conscient", a-t-il ajouté après avoir référencé notamment Nadal, potentiel adversaire en quarts de finale, et Alcaraz, possible adversaire en demies. "L'expérience acquise sur le circuit depuis toutes ces années aide à gérer son énergie match après match, à trouver la bonne intensité et à atteindre son meilleur niveau au bon moment. Gagner un tournoi du Grand Chelem est un rêve pour beaucoup de joueurs et c'est pour ça qu'il ne faut sous-estimer personne. Mais avec tout le respect que je dois aux joueurs, au tennis et au tournoi, je crois en mes chances parce que je l'ai déjà fait et je sais ce que cela demande", a-t-il commenté. Après une élimination dès son entrée en lice à Monte-Carlo en avril, Djokovic qui fêtera ses 35 ans dimanche a atteint la finale à Belgrade (battu par Rublev), puis les demies à Madrid (battu par Alcaraz) et s'est imposé à Rome. "Il m'a toujours fallu plusieurs tournois à chaque saison avant de me sentir vraiment bien sur la terre battue. Cette année, il m'a fallu deux tournois pour sentir que je me rapprochais vraiment du niveau que je visais et que j'ai atteint à Rome où j'ai gagné le tournoi sans perdre un set", a-t-il prévenu.