"Eh oui... Je me prépare pour #ParisBercy", a twitté Rafael Nadal la semaine dernière, avant le Masters 1000 de Paris. C'était sa première compétition depuis son treizième titre à Roland-Garros, et ce tournoi faisait toujours défaut à son palmarès. Sa huitième participation n'a pas été plus heureuse. Samedi, il a été éliminé par Alexander Zverev en demi-finale. L'Espagnol ne s'est d'ailleurs qualifié pour la finale du tournoi parisien qu'à une seule reprise, en 2007, mais il avait ensuite perdu face à David Nalbandian. Nadal a déjà expliqué pourquoi cet événement prestigieux ne figure pas à son palmarès, malgré ses vingt titres en Grands Chelem (il a récemment égalé le record de Roger Federer) et 35 Masters ATP (un de moins que le record de Novak Djokovic). "Sur dur, je dois êtr...

"Eh oui... Je me prépare pour #ParisBercy", a twitté Rafael Nadal la semaine dernière, avant le Masters 1000 de Paris. C'était sa première compétition depuis son treizième titre à Roland-Garros, et ce tournoi faisait toujours défaut à son palmarès. Sa huitième participation n'a pas été plus heureuse. Samedi, il a été éliminé par Alexander Zverev en demi-finale. L'Espagnol ne s'est d'ailleurs qualifié pour la finale du tournoi parisien qu'à une seule reprise, en 2007, mais il avait ensuite perdu face à David Nalbandian. Nadal a déjà expliqué pourquoi cet événement prestigieux ne figure pas à son palmarès, malgré ses vingt titres en Grands Chelem (il a récemment égalé le record de Roger Federer) et 35 Masters ATP (un de moins que le record de Novak Djokovic). "Sur dur, je dois être à 100% pour briguer la victoire. Or, dans le passé, j'étais souvent fatigué, physiquement et mentalement, en fin de saison." Ce n'est pas un hasard si Nadal a été contraint à l'abandon à Paris en quart de finale du tournoi 2008, et qu'il a déclaré forfait deux fois, avant son quart en 2017 et avant sa demie en 2019. Depuis ses débuts professionnels en 2003, le natif de Manacor a même brossé le tournoi parisien à dix reprises, à cause de blessures, souvent au genou. Nadal a souvent dû faire l'impasse sur la saison en salle. Il n'a participé qu'à 36 tournois indoor. Il n'a gagné que deux titres en salle, sur un total de 86 victoires: à Madrid en 2005, sur dur, et à São Paulo en 2013, sur terre battue. Il n'a gagné que 70% de ses matches en salle (92 victoires et 39 défaites), alors qu'en extérieur, il atteint 85% et même 92% sur terre battue. À titre de comparaison, Djokovic a gagné treize tournois indoor en 46 participations, affichant un ratio de 78% de victoires en match. Federer a lui brandi le trophée à 26 reprises en 86 participations, avec une moyenne de 81% de victoires. Le palmarès de Rafael Nadal comporte une lacune plus considérable: les ATP Finals, le tournoi qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison. Cette année, compte tenu des chamboulements apportés au calendrier, ce classement est établi sur base des seize meilleurs résultats depuis mars 2019. Le bilan est comparable à celui du tournoi de Paris: depuis 2005 et la première qualification de l'Espagnol, il n'y a participé que neuf fois et n'a atteint la finale qu'à deux reprises. En 2010, il l'a perdue face à Federer, en 2013 contre Djokovic. Son bilan global est encore moins bon qu'à Paris: 18 victoires, quatorze revers, soit seulement 56% de succès. Là aussi, son bulletin contraste avec celui des deux autres membres du Big Three : le Serbe a triomphé à cinq reprises, en 2008, puis de 2012 à 2015, et Federer s'est imposé six fois, avec trois doublés à la clé: 2003-2004, 2006-2007, 2010-2011. Vous aurez remarqué que depuis 2015, aucun des trois Grands ne s'est adjugé les Finals. Après Djokovic en 2015, le tournoi londonien est successivement revenu à Andy Murray, Grigor Dimitrov, Alexander Zverev et Stefanos Tsitsipas. Ces deux derniers sont de nouveau de la partie cette année, de même que Dominic Thiem, Daniil Medvedev, Andrey Rublev, Diego Schwartzman, Djokovic et Nadal. Pour mieux se concentrer sur les Finals, le Serbe a fait l'impasse sur Paris alors qu'il était tenant du titre. Djokovic était déjà assuré d'achever la saison comme numéro un du classement ATP, et ce pour la sixième année d'affilée, égalant le record de Pete Sampras. Comme le classement est gelé, il ne pouvait plus perdre de points. The Djoker pourra-t-il achever sa campagne sur une note positive, après son exclusion de l'US Open et sa cinglante défaite face à Nadal à Roland-Garros? Ou bien l'Espagnol va-t-il combler l'énorme lacune qui entache son palmarès? L'O2 Arena de Londres accueille actuellement le tournoi. Sans spectateur.