Une rencontre avec Justine Henin, c'est un peu comme une madeleine de Proust. Une plongée dans le passé, un coucou aux plus belles années du sport belge. Écouter la championne aux 41 titres en simple, sept titres de Grand Chelem dont quatre Roland Garros, un titre olympique, deux Masters et une Fed Cup s'exprimer, c'est autre chose. Ça ressemble un peu plus à une séance chez le psy avec une ancienne maniaque du contrôle.
...