Darcis, qui mettra un terme à sa carrière en janvier après l'Open d'Australie, a été sélectionné par Johan Van Herck à l'instar de David Goffin (ATP 11), Kimmer Coppejans (ATP 158) et de la paire de double Joran Vliegen (ATP 39) et Sander Gille (ATP 47). Le Liégeois, 155e mondial, reste sur une encourageante finale au Challenger d'Eckental début novembre. "Le Shark" fera d'ailleurs son retour en Coupe Davis après sa douloureuse défaite dans le 5e et dernier match de la finale 2017 en France où il s'était lourdement incliné devant Lucas Pouille.

A Madrid, les Belges partiront favoris de leur premier match prévu le 18 novembre contre la Colombie, qui ne possède aucun joueur dans le top 100 en simple à côté de sa paire N.1 mondiale en double composée de Juan Sebastian Cabal et Robert Farah, actuellement à Londres pour le Masters de fin de saison. La Belgique jouera ensuite certainement la première place du groupe - qualificative pour les quarts - contre l'Australie le 20 novembre.

Les troupes de Van Herck auront l'avantage de bénéficier d'un jour de repos supplémentaire que les 'Aussies' de Lleyton Hewitt, qui auront défié la Colombie la veille. Si la Belgique mène 3-2 aux confrontations directes contre l'Australie, grâce à deux victoires de Darcis dans le match décisif (en 2010 et 2017), elle devra se méfier de la force de frappe adverse avec quatre joueurs du top 100, Alex de Minaur (ATP 18), Nick Kyrgios (ATP 30), John Millman (ATP 48) et Jordan Thompson (ATP 64), ainsi que l'expérimenté spécialiste du double John Peers.

Outre les premiers de chacun des six groupes, les deux meilleurs deuxièmes se qualifieront également pour les quarts de finale. Pour rappel, chaque duel entre deux nations est désormais composé de trois rencontres: deux simples et un double.

La Belgique, malgré ses récents très bons résultats, a dû passer par un match de qualification pour avoir le droit de participer à cette première édition de la nouvelle Coupe Davis. Orpheline de Goffin, Darcis et de Ruben Bemelmans, elle s'était imposée début février au Brésil (1-3), sur la terre battue d'Uberlândia, grâce à deux victoires de Coppejans et au succès de la paire Vliegen-Gille, qui s'était jouée du redoutable duo Marcelo Melo-Bruno Soares.

Sur papier, l'Espagne de Rafael Nadal (ATP 1) et Roberto Bautista Agut (ATP 9) paraît redoutable, surtout devant son public. Mais la participation du gaucher de Manacor, désormais assuré de terminer l'année sur le trône de l'ATP, reste incertaine. Blessé aux abdominaux lors du Masters 1000 de Paris, 'Rafa' est toujours en lice à Londres où il espère décrocher un tournoi qui manque à son incroyable palmarès. Les Espagnols défieront la Russie de Daniil Medvedev (ATP 4) et Karen Khachanov (ATP 17) ainsi que la Croatie, avec Borna Coric (ATP 28) mais sans Marin Cilic (ATP 39), dans le groupe B.

La France, avec trois joueurs dans le top 30 - Gaël Monfils (ATP 10), Benoit Paire (ATP 24), Jo-Wilfried Tsonga (ATP 29) - ainsi qu'une redoutable paire de double composée de Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut, sera évidemment à surveiller de près dans le groupe A. Les 'Bleus' devront toutefois se méfier de la Serbie, emmenée par Novak Djokovic (ATP 2).

Le groupe F sera assurément le plus relevé avec le Canada, l'Italie et les Etats-Unis. Malgré l'absence de Milos Raonic (ATP 31), les Canadiens pourront compter sur leur deux pépites Denis Shapovalov (ATP 15) et Felix Auger-Aliassime (ATP 21) alors que l'Italie possède deux joueurs du top mondial avec Matteo Berrettini (ATP 8) et Fabio Fognini (ATP 12). Quants aux Américains, 32 titres en Coupe Davis, ils possèdent une armada de grands serveurs avec Taylor Fritz (ATP 32), Reilly Opelka (ATP 33) et Sam Querrey (ATP 44), toujours redoutables sur surface rapide.