Il a été numéro un pendant 223 semaines, un exploit surpassé uniquement par Roger Federer (302), Pete Sampras (286), Ivan Lendl (270) et Jimmy Connors (268), mais Novak Djokovic a basculé de son trône en novembre dernier et neuf mois plus tard, ça ne va pas mieux.

Le Serbe de trente ans a, certes, battu Andy Murray, le nouveau numéro un mondial, au Qatar, lors du premier tournoi de la saison, mais à l'Open d'Australie, un tournoi qu'il a remporté six fois déjà, il a échoué au deuxième tour face à Denis Istomin.

Ça va de mal en pis. Début mai, après de surprenantes défaites contre Nick Kyrgios et David Goffin, il a mis un terme à sa collaboration avec Marian Vajda, son coach depuis 2006, son préparateur physique et son kinésithérapeute. "Une thérapie de choc. D'autres personnes vont m'insuffler une énergie nouvelle", a-t-il déclaré. Que nenni.

À Madrid, Rafael Nadal a été nettement supérieur et à Rome, il a été impuissant face à Alexander Zverev tandis qu'à Roland Garros, tenant du titre, il a été éliminé en quarts de finale par Dominic Thiem.

"Il est incompréhensible que son nouvel entraîneur, Andre Agassi, soit retourné aux États-Unis à l'issue de la première semaine du tournoi, quand les joueurs ont le plus besoin de leur coach", a jugé Boris Becker, qui a aidé Djokovic à gagner six de ses douze grands chelems de décembre 2013 à 2016. "Je lis beaucoup de choses sur des problèmes privés mais je pense qu'il doit avant tout s'entraîner davantage et plus dur."

Avant Wimbledon, suite au succès de Djokovic à Eastbourne, Agassi était optimiste. "Il est prêt à redevenir numéro un", avait prédit l'Américain, qui refuse d'être payé par le Serbe.

Malheureusement, Wimbledon a également été un échec. Djokovic a jeté l'éponge en quarts de finale contre Tomas Berdych, quand il était mené 7-6, 2-0. "Je souffre depuis 18 mois du coude et je dois me reposer. La saison 2017 est achevée."

Sa carrière également ?

Chris Tetaert

Il a été numéro un pendant 223 semaines, un exploit surpassé uniquement par Roger Federer (302), Pete Sampras (286), Ivan Lendl (270) et Jimmy Connors (268), mais Novak Djokovic a basculé de son trône en novembre dernier et neuf mois plus tard, ça ne va pas mieux. Le Serbe de trente ans a, certes, battu Andy Murray, le nouveau numéro un mondial, au Qatar, lors du premier tournoi de la saison, mais à l'Open d'Australie, un tournoi qu'il a remporté six fois déjà, il a échoué au deuxième tour face à Denis Istomin.Ça va de mal en pis. Début mai, après de surprenantes défaites contre Nick Kyrgios et David Goffin, il a mis un terme à sa collaboration avec Marian Vajda, son coach depuis 2006, son préparateur physique et son kinésithérapeute. "Une thérapie de choc. D'autres personnes vont m'insuffler une énergie nouvelle", a-t-il déclaré. Que nenni. À Madrid, Rafael Nadal a été nettement supérieur et à Rome, il a été impuissant face à Alexander Zverev tandis qu'à Roland Garros, tenant du titre, il a été éliminé en quarts de finale par Dominic Thiem."Il est incompréhensible que son nouvel entraîneur, Andre Agassi, soit retourné aux États-Unis à l'issue de la première semaine du tournoi, quand les joueurs ont le plus besoin de leur coach", a jugé Boris Becker, qui a aidé Djokovic à gagner six de ses douze grands chelems de décembre 2013 à 2016. "Je lis beaucoup de choses sur des problèmes privés mais je pense qu'il doit avant tout s'entraîner davantage et plus dur."Avant Wimbledon, suite au succès de Djokovic à Eastbourne, Agassi était optimiste. "Il est prêt à redevenir numéro un", avait prédit l'Américain, qui refuse d'être payé par le Serbe. Malheureusement, Wimbledon a également été un échec. Djokovic a jeté l'éponge en quarts de finale contre Tomas Berdych, quand il était mené 7-6, 2-0. "Je souffre depuis 18 mois du coude et je dois me reposer. La saison 2017 est achevée." Sa carrière également ?Chris Tetaert