Projeté en ouverture du plus important festival en Amérique du Nord, le film "Borg/McEnroe" du réalisateur danois Janus Metz Pedersen décrypte des individualités avec une personnalité à leur opposé comme il en existe dans tous les domaines.

Bjorn Borg, 1980. © BELGAIMAGE

Illustré par la rivalité sur les courts de deux joueurs talentueux --introverti pour l'un, démonstratif pour l'autre--, le film "est un thriller psychologique sur la façon dont deux individus se dépassent pour réussir quelque chose d'extraordinaire", a expliqué le réalisateur.

La finale de Wimbledon en 1980 est entrée dans la légende à la fois par son intensité et ses multiples retournements et un quatrième set arraché par le bouillant John McEnroe au terme d'un très long jeu décisif. Sifflé par la foule londonienne à son arrivée sur le court, l'Américain s'inclinera en cinq sets face au placide Suédois, interprété par l'acteur islandais Sverrir Gudnason ("Wallander", "Waltz for Monica").

John McEnroe, 1981. © BELGAIMAGE

L'Américain Shia LaBeouf ("Fury", "Nymphomaniac") se glisse dans la peau de John McEnroe. L'acteur qui s'est fracturé le pied en apprenant à jouer au tennis pour le rôle, estime que McEnroe a longtemps été incompris tout en assurant que sur un court le joueur était "un clown et un casse-pieds colérique".

Le choix de ce film a beaucoup déplu au producteur et documentariste britannique Adam Benzine.