Au huitième jeu du troisième set, l'Espagnol a dû faire appel à ses réflexes pour esquiver une balle de Kyrgios qui fonçait droit sur lui.

"Je l'ai visé, ouais. Je voulais vraiment le viser en plein dans la poitrine", a lâché l'imprévisible australien en conférence de presse après sa défaite 6-3, 3-6, 7-6 (7/5), 7-6 (7/3).

"Pourquoi je m'excuserais ?", a-t-il poursuivi. "Combien a-t-il gagné de Grands Chelems, combien d'argent a-t-il sur son compte? Je pense qu'il peut prendre une balle dans la poitrine, mec. Je ne vais pas m'excuser auprès de lui."

Le match, particulièrement attendu en raison des rapports conflictuels entre les deux joueurs, s'est déroulé dans une ambiance explosive sur le Court central.

"Quand il frappe la balle comme ça, c'est dangereux. Pas que pour moi, c'est dangereux pour un juge de ligne, pour la foule", a réagi Nadal.

"Je suis aussi un professionnel: je sais que quand tu frappes ce genre de balle, elle peut aller n'importe où", a ajouté le double vainqueur de Wimbledon, qui affrontera le Français Jo-Wilfried Tsonga au prochain tour.