Kim Clijsters, 38 ans, a annoncé mardi qu'elle ne disputera plus de tournois officiels, mettant ainsi un terme à son retour sur le circuit WTA tenté en 2020. La Limbourgeoise, ex-numéro 1 mondiale, victorieuse de quatre tournois du Grand Chelem, avait mis un terme en 2012, une deuxième fois, et donc provisoirement, à une carrière exceptionnelle.

Le parcours tennistique professionnel de Kim Clijsters s'était arrêté en simple à New York au 2e tour du simple dames de l'US Open où la Limbourgeoise s'était inclinée en deux sets 7-6 (7/4) et 7-6 (7/5) face à la Britannique Laura Robson, 18 ans, après 2 heures et 6 minutes de jeu. C'était alors le point final d'une magnifique carrière commencée en mai 1999 au tournoi WTA d'Anvers.

Kim Clijsters en compagnie de son père, l'ancien Diable rouge Lei Clijsters, décédé en 2009 à l'âge de 52 ans., iStock
Kim Clijsters en compagnie de son père, l'ancien Diable rouge Lei Clijsters, décédé en 2009 à l'âge de 52 ans. © iStock

Famille de sportifs

Née à Bilzen le 8 juin 1983, Kim est le premier enfant d'une championne de Belgique de gymnastique, Els Vandecaetsbeek, et de l'ancien footballeur international belge, Lei Clijsters. Au sein de cette famille de sportifs, Kim opte, elle, pour le tennis. Droitière et dotée d'un revers à deux mains qui se révélera redoutable, elle frappe ses premières balles en tournoi à l'âge de 6 ans. A 11 ans, elle devient championne de Belgique en catégorie minimes et son talent ne fait plus de doute.

La fille de Lei se distingue ensuite dans les compétitions juniores des tournois du Grand Chelem. En 1998, à l'âge de 15 ans, elle devient la plus jeune championne de Belgique de l'histoire. En mai 1999, alors qu'elle n'a pas encore 16 ans, Kim Clijsters fait ses débuts sur le circuit professionnel en atteignant les quarts de finale du tournoi WTA d'Anvers. A partir de ce moment, les choses sérieuses commencent vraiment pour cette jeune femme sympathique et naturelle qui va contribuer, tout comme sa grande rivale Justine Henin, à faire connaître au tennis belge féminin son âge d'or.

Justine Henin et Kim Clijsters, une rivalité noire-jaune-rouge au sommet du tennis féminin avec des Grand Chelems et surtout un titre en commun avec une Fed Cup., iStock
Justine Henin et Kim Clijsters, une rivalité noire-jaune-rouge au sommet du tennis féminin avec des Grand Chelems et surtout un titre en commun avec une Fed Cup. © iStock

L'âge d'or du tennis féminin belge avec Justine Henin

La Limbourgeoise remporte ainsi les Masters par deux fois, en 2002 et en 2003. Finaliste à 4 reprises dans un tournoi du Grand Chelem, elle inscrit finalement son nom au palmarès de l'un d'entre eux, l'US Open, en 2005. Kim Clijsters se révèle par ailleurs être aussi une redoutable joueuse de double. Témoins ses titres glanés aux côtés de la Japonaise Ai Sugiyama en finale des tournois de Roland-Garros et de Wimbledon en 2003. Les deux femmes remporteront ensemble 5 autres titres en double, pour un total de 11 à Kim Clijsters. En mai 2007, elle met un terme, qu'elle croit définitif, à sa carrière, saluant le public belge une dernière fois aux Diamond Games d'Anvers, là où tout avait commencé.

Un premier retour triomphant après avoir mis au monde son premier enfant

Mariée au basketteur américain Brian Lynch, elle devient maman d'une petite Jada en février 2008. Mais l'amour du tennis et le virus de la compétition la reprennent et en mars 2009, quelques semaines après avoir perdu son père Lei décédé d'un cancer à 52 ans, Kim Clijsters annonce son retour sur le circuit professionnel. Un retour qui se concrétise le 10 août de cette année-là au tournoi de Cincinnati. Et sa seconde carrière n'a rien à envier à la première. Sept titres supplémentaires viennent compléter son palmarès. Et pas n'importe lesquels puisqu'il y a parmi eux deux succès à l'US Open, à nouveau, en 2009 et en 2010, un Open d'Australie gagné en 2011 et une nouvelle victoire en finale des Masters en 2010.

Kim Clijsters lors de son retour en 2009 avec une victoire à l'US Open. Elle célèbre ce titre en compagnie de Brian Lynch, son mari et de sa fille Jada dont elle va suivre la carrière dans le basket-ball., iStock
Kim Clijsters lors de son retour en 2009 avec une victoire à l'US Open. Elle célèbre ce titre en compagnie de Brian Lynch, son mari et de sa fille Jada dont elle va suivre la carrière dans le basket-ball. © iStock

En février 2011, Kim Clijsters récupère même la place de numéro une mondiale au classement de la WTA, une position qu'elle avait déjà occupée en 2003 (en double aussi d'ailleurs). Au total de ses deux carrières, Kim Clijsters aura dominé le classement des meilleures joueuses du monde pendant 20 semaines. Sa fin de (deuxième) carrière se passe moins bien et la voit collectionner les blessures, la privant de nouveaux succès sur le circuit. Début août 2012, la Limbourgeoise atteint néanmoins les quarts de finale du tournoi olympique de Londres pour sa première participation aux JO. Au moment de quitter le tennis professionnel, Kim Clijsters pouvait se réjouir d'avoir remporté 41 titres en simple, dont 4 Grand Chelems et 3 Masters, et 11 titres en double, dont 2 en Grand Chelems. La Limbourgeoise fut aussi une figure de proue de l'équipe belge de Fed Cup avec laquelle elle a décroché la victoire en finale en 2001.

Retour surprise en 2019

En septembre 2019, Clijsters surprend tout le monde en annonçant son retour sur les courts pour l'année 2020. Son premier match a lieu en février, à Dubaï, où elle s'incline face à Garbine Muguruza en deux sets. Elle dispute un autre match, à Monterrey, contre la Britannique Johanna Konta (défaite en deux sets). Puis, le coronavirus provoque l'arrêt des compétitions pendant plusieurs mois. Après une participation au World Team Tennis, une compétition exhibition par équipes, qu'elle remporte avec les New York Empire, elle fait son retour à l'US Open où elle pousse Ekaterina Alexandrova au troisième set avant de céder. L'année 2021 la voit disputer deux tournois, à Chicago, où elle perd en trois sets contre Hsieh Su-Wei, et à Indian Wells, où elle s'incline face à Katerina Siniakova à nouveau en trois sets dans ce qui restera son dernier match sur le circuit, en octobre 2021.

Le troisième chapitre de la carrière de Kim Clijsters se referme sans une victoire au compteur., iStock
Le troisième chapitre de la carrière de Kim Clijsters se referme sans une victoire au compteur. © iStock

Aujourd'hui maman de trois enfants, Kim Clijsters disputera toujours les tournois des Légendes sur les rendez-vous du Grand Chelem, souligne la WTA. Dans son communiqué, l'ancienne N.1 mondiale explique que sa "passion pour le tennis ne disparaitra jamais" et qu'elle souhaite "rendre au tennis", alors qu'elle a beaucoup reçu. Son expérience à la tête de son Académie lui a montré l'intérêt de partager son expérience.

Kim Clijsters, 38 ans, a annoncé mardi qu'elle ne disputera plus de tournois officiels, mettant ainsi un terme à son retour sur le circuit WTA tenté en 2020. La Limbourgeoise, ex-numéro 1 mondiale, victorieuse de quatre tournois du Grand Chelem, avait mis un terme en 2012, une deuxième fois, et donc provisoirement, à une carrière exceptionnelle. Le parcours tennistique professionnel de Kim Clijsters s'était arrêté en simple à New York au 2e tour du simple dames de l'US Open où la Limbourgeoise s'était inclinée en deux sets 7-6 (7/4) et 7-6 (7/5) face à la Britannique Laura Robson, 18 ans, après 2 heures et 6 minutes de jeu. C'était alors le point final d'une magnifique carrière commencée en mai 1999 au tournoi WTA d'Anvers.Née à Bilzen le 8 juin 1983, Kim est le premier enfant d'une championne de Belgique de gymnastique, Els Vandecaetsbeek, et de l'ancien footballeur international belge, Lei Clijsters. Au sein de cette famille de sportifs, Kim opte, elle, pour le tennis. Droitière et dotée d'un revers à deux mains qui se révélera redoutable, elle frappe ses premières balles en tournoi à l'âge de 6 ans. A 11 ans, elle devient championne de Belgique en catégorie minimes et son talent ne fait plus de doute. La fille de Lei se distingue ensuite dans les compétitions juniores des tournois du Grand Chelem. En 1998, à l'âge de 15 ans, elle devient la plus jeune championne de Belgique de l'histoire. En mai 1999, alors qu'elle n'a pas encore 16 ans, Kim Clijsters fait ses débuts sur le circuit professionnel en atteignant les quarts de finale du tournoi WTA d'Anvers. A partir de ce moment, les choses sérieuses commencent vraiment pour cette jeune femme sympathique et naturelle qui va contribuer, tout comme sa grande rivale Justine Henin, à faire connaître au tennis belge féminin son âge d'or. La Limbourgeoise remporte ainsi les Masters par deux fois, en 2002 et en 2003. Finaliste à 4 reprises dans un tournoi du Grand Chelem, elle inscrit finalement son nom au palmarès de l'un d'entre eux, l'US Open, en 2005. Kim Clijsters se révèle par ailleurs être aussi une redoutable joueuse de double. Témoins ses titres glanés aux côtés de la Japonaise Ai Sugiyama en finale des tournois de Roland-Garros et de Wimbledon en 2003. Les deux femmes remporteront ensemble 5 autres titres en double, pour un total de 11 à Kim Clijsters. En mai 2007, elle met un terme, qu'elle croit définitif, à sa carrière, saluant le public belge une dernière fois aux Diamond Games d'Anvers, là où tout avait commencé. Mariée au basketteur américain Brian Lynch, elle devient maman d'une petite Jada en février 2008. Mais l'amour du tennis et le virus de la compétition la reprennent et en mars 2009, quelques semaines après avoir perdu son père Lei décédé d'un cancer à 52 ans, Kim Clijsters annonce son retour sur le circuit professionnel. Un retour qui se concrétise le 10 août de cette année-là au tournoi de Cincinnati. Et sa seconde carrière n'a rien à envier à la première. Sept titres supplémentaires viennent compléter son palmarès. Et pas n'importe lesquels puisqu'il y a parmi eux deux succès à l'US Open, à nouveau, en 2009 et en 2010, un Open d'Australie gagné en 2011 et une nouvelle victoire en finale des Masters en 2010. En février 2011, Kim Clijsters récupère même la place de numéro une mondiale au classement de la WTA, une position qu'elle avait déjà occupée en 2003 (en double aussi d'ailleurs). Au total de ses deux carrières, Kim Clijsters aura dominé le classement des meilleures joueuses du monde pendant 20 semaines. Sa fin de (deuxième) carrière se passe moins bien et la voit collectionner les blessures, la privant de nouveaux succès sur le circuit. Début août 2012, la Limbourgeoise atteint néanmoins les quarts de finale du tournoi olympique de Londres pour sa première participation aux JO. Au moment de quitter le tennis professionnel, Kim Clijsters pouvait se réjouir d'avoir remporté 41 titres en simple, dont 4 Grand Chelems et 3 Masters, et 11 titres en double, dont 2 en Grand Chelems. La Limbourgeoise fut aussi une figure de proue de l'équipe belge de Fed Cup avec laquelle elle a décroché la victoire en finale en 2001. En septembre 2019, Clijsters surprend tout le monde en annonçant son retour sur les courts pour l'année 2020. Son premier match a lieu en février, à Dubaï, où elle s'incline face à Garbine Muguruza en deux sets. Elle dispute un autre match, à Monterrey, contre la Britannique Johanna Konta (défaite en deux sets). Puis, le coronavirus provoque l'arrêt des compétitions pendant plusieurs mois. Après une participation au World Team Tennis, une compétition exhibition par équipes, qu'elle remporte avec les New York Empire, elle fait son retour à l'US Open où elle pousse Ekaterina Alexandrova au troisième set avant de céder. L'année 2021 la voit disputer deux tournois, à Chicago, où elle perd en trois sets contre Hsieh Su-Wei, et à Indian Wells, où elle s'incline face à Katerina Siniakova à nouveau en trois sets dans ce qui restera son dernier match sur le circuit, en octobre 2021. Aujourd'hui maman de trois enfants, Kim Clijsters disputera toujours les tournois des Légendes sur les rendez-vous du Grand Chelem, souligne la WTA. Dans son communiqué, l'ancienne N.1 mondiale explique que sa "passion pour le tennis ne disparaitra jamais" et qu'elle souhaite "rendre au tennis", alors qu'elle a beaucoup reçu. Son expérience à la tête de son Académie lui a montré l'intérêt de partager son expérience.