La droitière de Constanta, 27 ans, avait un plan tactique bien précis afin de contrer la puissance de l'Américaine, déjà lauréate sept fois à l'All England Club. "Je savais que je devais être agressive et à 100% sur chaque balle, que je ne devais pas la laisser revenir dans le match car elle est si puissante et si forte. Elle sait comment gérer chaque instant", a expliqué Halep.

La Roumaine a disputé une finale d'une très rare qualité, ne commettant que trois fautes directes, le plus petit total dans une finale dames à Londres. "Je suis sûre que c'était le meilleur match de ma vie. Sur l'herbe contre elle, ce n'est jamais facile. Je suis donc très fière de mon match. Je suis heureuse de ce que j'ai accompli ces deux dernières semaines. Je ne peux pas décrire ce que je ressens d'avoir gagné Wimbledon. C'est assez spécial."

Affichant un bilan peu reluisant de dix défaites pour une seule victoire contre Williams avant la finale, Halep est parvenue à surmonter la joueuse aux 23 titres en Grand Chelem. "J'ai pensé au match, mais pas du tout à mon adversaire. J'ai toujours été un peu intimidée contre Serena. Elle est une source d'inspiration et un modèle pour tous. J'ai décidé avant le match que j'allais me concentrer sur moi-même et sur la finale, pas sur elle. C'est pourquoi j'ai été capable de faire de mon mieux, d'être détendue, positive et confiante."

De plus en plus à l'aise au fil des tours lors de cette quinzaine londonienne, Halep a "commencé à sentir de mieux en mieux" le jeu sur gazon et a désormais réalisé le rêve de sa mère, elle qui lui disait que si elle devait réaliser quelque chose dans le tennis c'était de jouer une finale de Wimbledon.