"Ce fut un match fantastique !", s'est exclamé Goffin après sa victoire. "Je suis monté sur le court en me disant que peu importe le score, j'allais montrer autre chose qu'il y a deux jours. Je n'étais pas content de mon attitude, de mon jeu et je suis arrivé avec un tout autre état d'esprit. Grigor a très bien joué au premier set, mais j'ai continué à garder mon niveau de jeu et cela a fini par payer", a ajouté le N.1 belge, qui a frappé 8 aces et 30 coups gagnants, et s'est octroyé 20 (!) balles de break.

Il ne s'agit que de la deuxième victoire en dix confrontations de David Goffin contre Grigor Dimitrov, l'une de ses bêtes noires, qui l'avait notamment battu en finale du Masters à Londres, en 2017.

"C'est toujours difficile contre Grigor", dit le Liégeois. "Il a beaucoup d'armes dans son jeu et beaucoup de réponses au mien aussi. Je n'ai pas abandonné après la perte du premier set. Parfois, il m'arrive de lâcher un peu et alors il joue de mieux en mieux. Mais là, il n'en était pas question, d'autant que c'était la dernière chance pour notre pays. J'ai vraiment adoré ce match. Je touchais bien la balle et je me sentais bien physiquement. C'est pour jouer ce genre de match que l'on travaille dur à l'entraînement. Je suis très heureux pour mon pays et en vue de l'Australian Open".

"Ce fut un match fantastique !", s'est exclamé Goffin après sa victoire. "Je suis monté sur le court en me disant que peu importe le score, j'allais montrer autre chose qu'il y a deux jours. Je n'étais pas content de mon attitude, de mon jeu et je suis arrivé avec un tout autre état d'esprit. Grigor a très bien joué au premier set, mais j'ai continué à garder mon niveau de jeu et cela a fini par payer", a ajouté le N.1 belge, qui a frappé 8 aces et 30 coups gagnants, et s'est octroyé 20 (!) balles de break. Il ne s'agit que de la deuxième victoire en dix confrontations de David Goffin contre Grigor Dimitrov, l'une de ses bêtes noires, qui l'avait notamment battu en finale du Masters à Londres, en 2017. "C'est toujours difficile contre Grigor", dit le Liégeois. "Il a beaucoup d'armes dans son jeu et beaucoup de réponses au mien aussi. Je n'ai pas abandonné après la perte du premier set. Parfois, il m'arrive de lâcher un peu et alors il joue de mieux en mieux. Mais là, il n'en était pas question, d'autant que c'était la dernière chance pour notre pays. J'ai vraiment adoré ce match. Je touchais bien la balle et je me sentais bien physiquement. C'est pour jouer ce genre de match que l'on travaille dur à l'entraînement. Je suis très heureux pour mon pays et en vue de l'Australian Open".