Sans être le plus grand du circuit, Filip Krajinovic développe une grosse puissance au service. "Il retourne très bien, peut très bien servir aussi", confirme David Goffin en conférence de presse en préfaçant ce match. Parfois irrégulier sur ses mises en jeu, le Belge ne devra pas flancher cette fois, sous peine de faire la course derrière et de ne peut-être jamais pouvoir revenir.
...

Sans être le plus grand du circuit, Filip Krajinovic développe une grosse puissance au service. "Il retourne très bien, peut très bien servir aussi", confirme David Goffin en conférence de presse en préfaçant ce match. Parfois irrégulier sur ses mises en jeu, le Belge ne devra pas flancher cette fois, sous peine de faire la course derrière et de ne peut-être jamais pouvoir revenir.Grâce à sa qualité de frappe et sa vision de jeu aiguisée, le Serbe est capable de s'adapter à son adversaire. Avec des qualités de jeu similaires, et notamment une grande mobilité, les deux joueurs devront trouver les solutions tactiques pour surprendre leur adversaire. Sur ce point, le dixième mondial part avec un avantage : Thomas Johansson, son entraîneur, est l'ancien coach du Serbe. Nul doute que l'ancien gagnant de l'Open d'Australie saura distiller de bons conseils à son poulain.Après la longue pause sanitaire, c'est Krajinovic qui est revenu le plus en forme. Bien en jambes à Cincinnati, il a facilement écarté Dominic Thiem, troisième mondial, avant d'obtenir une balle de match face à Milos Raonic, futur finaliste du tournoi. De son côté, le Belge ne s'est pas rassuré contre Struff, malgré une belle victoire contre le croate Borna Coric pour son match de reprise. Le Serbe semble clairement plus affûté que Goffin.Au deuxième tour face à Lloyd Harris, le Belge a paru émoussé, fatigué après près de trois heures de jeu, tandis que le 26ème mondial a passé moins de deux heures sur le court pour effacer l'obstacle Marcos Giron. Ce vendredi, il fera trente degrés à New York sur les coups de 13 heures, heure locale (19 heures en Belgique). Si la partie s'éternise, la fraicheur pourrait s'avérer primordiale, ce qui est probable tellement ce duel semble équilibré.Très peu expérimenté à ce stade de la compétition, le Serbe part avec une longueur de retard. Avec seulement deux apparitions au troisième tour d'un Grand Chelem, en Australie et à Paris en 2019, il est bien loin du palmarès du meilleur tennisman belge de l'histoire. Quart de finaliste à trois reprises dans ces tournois, il a l'habitude des matches à enjeux, même si il n'est pas toujours très serein. L'absence de supporters redistribuera-t-elle les cartes ?La rencontre débute vers 19 heures. Le gagnant rencontrera le vainqueur de l'affrontement entre Denis Shapovalov et Taylor Fritz dimanche, en huitième de finale. Un nouveau beau duel en prévision.Samuel Gothot (st.)