"J'ai fait trop de fautes", a-t-il expliqué. "Il y a eu trop d'aspects de mon jeu où je n'ai pas été bon. Je ne me rappelle par exemple pas d'un match où j'ai si mal retourné. Après, c'est lui aussi qui m'a fait rater (NDLR: 40 fautes directes au total), car il sentait mieux la balle que moi et ne ratait quasi rien. Il fallait dès lors que je tente des choses pour le bousculer. Je suis ici sans coach, mais je savais ce que je devais faire. Je connais tous les adversaires du circuit. Simplement les sensations n'étaient pas bonnes aujourd'hui."

David est dans le dur depuis le début de l'année 2019. Mais il ne va pas paniquer ou se précipiter pour trouver un nouveau coach.

"On a rompu, car c'était la fin d'un cycle. Je pense que j'avais besoin d'essayer quelque chose d'autre. J'ai 28 ans. Maintenant, je vais prendre mon temps pour le prochain coach. Je veux trouver quelqu'un m'a va m'aider à développer un maximum mon jeu, mais ce n'est pas facile. Il y a la personnalité qui joue, l'expérience, la manière dont le coach va vouloir me faire évoluer. Je ne m'inquiète pas. J'ai l'impression que je suis en reconstruction. Il y a beaucoup de choses dans la tête pour le moment, l'histoire du coach, retrouver la confiance... Ce n'est pas évident. C'est clairement la confiance qui manque, les automatismes doivent revenir, la spontanéité pour être dans la bagarre sans se poser de questions", a-t-il confié.