"J'ai disputé des matches de très haut niveau ces derniers temps. J'ai battu Kohlschreiber à Halle et j'avais Federer en point de mire", a-t-il confié. "J'aurais au moins dû gagner le deuxième set. J'en ai eu l'opportunité, mais il a montré sa classe en frappant quelques grands retours et passing-shots aux moments clés. Même si j'ai 30 ans, je ne serais pas surpris que le meilleur soit encore à venir. À Rosmalen, j'aurais pu gagner le trophée. Et je pense que j'ai les moyens de remporter ce type de tournois. Je n'ai bien sûr pas encore prouvé ma valeur en Grand Chelem, mais je pourrais..." Matthew Ebden n'a encore également jamais battu David Goffin en trois précédentes confrontations. L'Australien, qui est né à Durban, était toutefois passé tout près à l'automne dernier au tournoi sur dur de Tokyo, s'inclinant 2-6, 7-5 et 7-6 (7/1) au deuxième tour contre le n°1 belge, qui avait fini par s'adjuger le titre. Bref, il y croit. "C'était à une période où il enchaînait les victoires", se souvient-il. "Je crois qu'il a gagné deux ou trois tournois d'affilée. Cela avait été un super match, qui ne s'était pas joué à grand-chose. Goffin a des frappes très pures et il très vif. Mais bon, c'est le genre de joueur que je dois pouvoir battre si je veux franchir un cap et être tête de série dans les tournois du Grand Chelem à l'avenir, pour ne plus avoir à les affronter au premier tour. Et il n'y a pas plus bel endroit que Wimbledon pour y parvenir", conclut-il.

"J'ai disputé des matches de très haut niveau ces derniers temps. J'ai battu Kohlschreiber à Halle et j'avais Federer en point de mire", a-t-il confié. "J'aurais au moins dû gagner le deuxième set. J'en ai eu l'opportunité, mais il a montré sa classe en frappant quelques grands retours et passing-shots aux moments clés. Même si j'ai 30 ans, je ne serais pas surpris que le meilleur soit encore à venir. À Rosmalen, j'aurais pu gagner le trophée. Et je pense que j'ai les moyens de remporter ce type de tournois. Je n'ai bien sûr pas encore prouvé ma valeur en Grand Chelem, mais je pourrais..." Matthew Ebden n'a encore également jamais battu David Goffin en trois précédentes confrontations. L'Australien, qui est né à Durban, était toutefois passé tout près à l'automne dernier au tournoi sur dur de Tokyo, s'inclinant 2-6, 7-5 et 7-6 (7/1) au deuxième tour contre le n°1 belge, qui avait fini par s'adjuger le titre. Bref, il y croit. "C'était à une période où il enchaînait les victoires", se souvient-il. "Je crois qu'il a gagné deux ou trois tournois d'affilée. Cela avait été un super match, qui ne s'était pas joué à grand-chose. Goffin a des frappes très pures et il très vif. Mais bon, c'est le genre de joueur que je dois pouvoir battre si je veux franchir un cap et être tête de série dans les tournois du Grand Chelem à l'avenir, pour ne plus avoir à les affronter au premier tour. Et il n'y a pas plus bel endroit que Wimbledon pour y parvenir", conclut-il.