"Je suis content de la manière dont la préparation se déroule", a confié le Binchois à Belga. "Deux heures de travail chaque jour (avec Dimitrov) sur un grand court, ce sont de bonnes conditions d'entraînement. Vu les circonstances, avec cette quarantaine, les complications rencontrées par certains, cela peut laisser des traces. Tout le monde ne gère pas cela de la même manière. David a aussi la chance d'avoir trois personnes avec lui à Melbourne (son coach, son préparateur physique et sa fiancée, ndlr), ce qui sera un avantage. Il en est heureux et j'espère qu'il va pouvoir surfer sur cet état d'esprit qui est plus large qu'un terrain de tennis dès que nous serons libérés".

Germain Gigounon se veut également optimiste pour l'année 2021 de David Goffin. Il considère ainsi qu'un retour dans le top 10 à l'ATP est "un objectif réaliste".

"Oui. Quand David est bien, il a tout à fait sa place dans les 10 premiers. Cela va bien entendu passer par beaucoup de victoires. Contre De Minaur, à Antalya, un joueur du Top 20 très solide, il était au-dessus pendant un set et demi. Il faut que David puisse rejouer contre des joueurs du top, car les meilleurs moments dans sa carrière ont toujours été liés au fait d'avoir pu enchaîner les matches, comme fin 2017 quand il gagne en Asie, puis va au Masters à Londres (finale contre Dimitrov, ndlr) et achève par la Coupe Davis".

"David a retrouvé l'envie. Je le sens plus épanoui"

Germain Gigounon, le nouveau coach de David Goffin a donné des nouvelles lundi à Belga et à la presse belge de la manière dont la quarantaine du N.1 national se déroule à Melbourne, en prélude à l'Open d'Australie. Et si la situation n'est évidemment pas simple, le Binchois considère qu'ils se sont bien adaptés.

"Nous avons droit à 5 heures de sortie par jour, mais c'est très strict", a-t-il raconté. "Ainsi, certains jours, vu que les entraînements de David étaient programmés sur les courts principaux, nous ne croisions quasi personne. Comme le joueur ne peut être accompagné que d'une personne à la fois, il a été décidé que je le suive deux jours sur trois. David a aussi la chance d'avoir une chambre communicante avec celle de Fabien (NdlR : Bertrand, son préparateur physique). Ils peuvent donc travailler ensemble ou prendre le café à trois, avec Stéphanie (NdlR : sa fiancée). La situation est inhabituelle, mais on ne se plaint pas. Et puis, la fin approche. J'ai mis des barres sur le mur dans ma chambre pour décompter les jours. Plus que quatre !", a-t-il souri.

Germain Gigounon s'est également dit satisfait de l'entame de la saison de David Goffin, marquée par une demi-finale au tournoi ATP 250 d'Antalya, il y a dix jours.

"David a retrouvé l'envie et je le sens plus épanoui, plus heureux d'être en tournoi que fin de l'année dernière", a-t-il poursuivi. "Il est à nouveau motivé, il prend du plaisir à l'entraînement. Rayon résultats, on n'a pas encore voulu s'en fixer trop, car c'est le début. À Antalya, il a pu disputer quatre matches et cela lui a fait du bien. On a beaucoup insisté sur le fait de s'accrocher sur le court quoi qu'il arrive et d'accepter le fait que tout ne puisse pas être parfait. C'est la chose la plus importante à l'heure actuelle. Et à ce niveau-là, il est dans le bon."

"Je suis content de la manière dont la préparation se déroule", a confié le Binchois à Belga. "Deux heures de travail chaque jour (avec Dimitrov) sur un grand court, ce sont de bonnes conditions d'entraînement. Vu les circonstances, avec cette quarantaine, les complications rencontrées par certains, cela peut laisser des traces. Tout le monde ne gère pas cela de la même manière. David a aussi la chance d'avoir trois personnes avec lui à Melbourne (son coach, son préparateur physique et sa fiancée, ndlr), ce qui sera un avantage. Il en est heureux et j'espère qu'il va pouvoir surfer sur cet état d'esprit qui est plus large qu'un terrain de tennis dès que nous serons libérés". Germain Gigounon se veut également optimiste pour l'année 2021 de David Goffin. Il considère ainsi qu'un retour dans le top 10 à l'ATP est "un objectif réaliste". "Oui. Quand David est bien, il a tout à fait sa place dans les 10 premiers. Cela va bien entendu passer par beaucoup de victoires. Contre De Minaur, à Antalya, un joueur du Top 20 très solide, il était au-dessus pendant un set et demi. Il faut que David puisse rejouer contre des joueurs du top, car les meilleurs moments dans sa carrière ont toujours été liés au fait d'avoir pu enchaîner les matches, comme fin 2017 quand il gagne en Asie, puis va au Masters à Londres (finale contre Dimitrov, ndlr) et achève par la Coupe Davis".