La question était sur toutes les lèvres cette semaine. Est-ce que Roger Federer serait rétabli pour la Coupe Davis, une des seules lignes qui manque à son immense palmarès ? La réponse est oui. Du moins, c'est ce qui est prévu.

Le tirage au sort pour établir les premières rencontres a été effectué hier et le Suisse figure bien sur la liste des joueurs pour le simple de vendredi. Mais le capitaine suisse, Séverin Lüthi, pourrait jouer la carte du bluff. Rien ne dit en effet que le numéro deux mondial jouera. Les Suisses ont jusqu'à une heure du premier match pour effectuer une modification, certificat médical à l'appui.

Wawrinka, lui, sera bien de la partie. Il est présenté comme l'homme clé d'une victoire suisse. Si Federer est complètement rétabli, la logique voudrait qu'il remporte ses deux matchs. Stan doit donc assuré le troisième point, synonyme de victoire. Il aura l'occasion de lancer idéalement son équipe. En effet, le 4e joueur mondial ouvrira le tournoi face à Tsonga à 14h, sur la terre battue du stade Pierre Mauroy de Villeneuve-d'Ascq. Le duel entre deux hommes est plein de promesses. Les deux joueurs se connaissent bien pour s'être affrontés à cinq reprises, dont quatre fois... sur terre battue. A Roland-Garros, ils se sont déjà livrés deux duels qui se sont à chaque fois terminés en cinq manches. Le premier avait été remporté par Wawrinka, en 2011, Tsonga prenant sa revanche un an plus tard. Autant dire que le match s'annonce ouvert.

Monfils : "vraiment stressé"

Federer jouera lui contre Monfils (N.19), préféré à Gasquet par le capitaine Arnaud Clément. Le joueur est capable de tout devant son public, comme il le démontre souvent au mois de juin sur la terre battue parisienne. Avec ses 27.000 places, le stade va accueillir près de deux fois plus de personnes que sur le Court Central de Roland Garros, un tournoi où Monfils s'est fait sortir à trois reprises par... Federer. Mais la dernière rencontre entre les deux hommes prouve que le Français doit croire en ses chances. Lors du dernier US Open, Monfils avait en effet failli jouer un sale tour au numéro 2 mondial. En quarts de finale, il avait gaspillé deux balles de match avant de perdre la rencontre en cinq sets. Le Français ne peut pas rêver de meilleur moment pour prendre sa revanche. Le combat sera très certainement physique entre les deux hommes. Et c'est là que l'incertitude persiste au sujet de Federer. S'il s'est entrainé un peu, un match de plusieurs heures n'est pas la même histoire. Pourtant, Rodger ne s'inquiète pas dans un éventuel long match. "Je me réjouis d'affronter Gaël vendredi, J'aime jouer au meilleur des cinq sets, ce sera cool. "

Monfils devra lui veiller à ne pas perdre tous ses moyens face à une telle pression. "C'est ma deuxième chance de gagner un point pour mon pays dans une finale. Alors oui, j'ai peur. Je suis vraiment stressé ", a-t-il confessé dans des propos relayés par l'Agence France Presse. "Ça fait peur car on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Il y aura beaucoup de monde, la pression de la finale. Il y a une sorte de nervosité en moi mais il y a une grosse part d'excitation et de fun". Mais il ne se montre pas battu pour autant : "Ça a beau être Roger, la légende, il a beau être plus fort, en sport tout peut se passer sur un match, encore plus à la maison."

Pas de problème collectif pour la Suisse

Si Federer est à 100%, la Suisse partira avec l'avantage des pronostics. Mais attention au public qui sera entièrement acquis à la cause des Français. Une autre faiblesse à exploiter pour Tsonga et les siens aurait pu être un manque de collectif entre les deux joueurs suisses. La presse n'a cessé de parler cette semaine d'une dispute entre les deux hommes suite à leur confrontation en demi-finale des Masters. Mais Federer a balayé d'une main ces rumeurs de mésentente. "Nous avons eu une conversation après le match. Je voulais savoir s'il n'y avait pas de rancoeur car c'est arrivé à un moment clé du match. Nous sommes relax à ce sujet. On est assez grand. Nous sommes amis, pas ennemis. Je ne pense pas qu'il a grand-chose d'autre à dire". Wawrinka confirme : "Il n'y a pas de problèmes entre nous. Comme a dit Roger, on en a parlé juste après le match. On sait comment régler ce genre de choses quand elles arrivent. C'est devenu une polémique à cause de vous (Ndlr : les journalistes). Ce n'est vraiment rien pour nous".

Concernant les jours suivants, le samedi (vers 15h30), le double sera au programme. Il peut être déjà décisif si une équipe possède déjà deux points. Il opposera les paires Gasquet/Benneteau pour la France et Chiudinelli/Lammer pour la Suisse. Le dimanche, le public assistera aux derniers simples. Federer et Tsonga seront aux prises à 13h et le match entre Wawrinka et Monfils suivra.

La question était sur toutes les lèvres cette semaine. Est-ce que Roger Federer serait rétabli pour la Coupe Davis, une des seules lignes qui manque à son immense palmarès ? La réponse est oui. Du moins, c'est ce qui est prévu.Le tirage au sort pour établir les premières rencontres a été effectué hier et le Suisse figure bien sur la liste des joueurs pour le simple de vendredi. Mais le capitaine suisse, Séverin Lüthi, pourrait jouer la carte du bluff. Rien ne dit en effet que le numéro deux mondial jouera. Les Suisses ont jusqu'à une heure du premier match pour effectuer une modification, certificat médical à l'appui. Wawrinka, lui, sera bien de la partie. Il est présenté comme l'homme clé d'une victoire suisse. Si Federer est complètement rétabli, la logique voudrait qu'il remporte ses deux matchs. Stan doit donc assuré le troisième point, synonyme de victoire. Il aura l'occasion de lancer idéalement son équipe. En effet, le 4e joueur mondial ouvrira le tournoi face à Tsonga à 14h, sur la terre battue du stade Pierre Mauroy de Villeneuve-d'Ascq. Le duel entre deux hommes est plein de promesses. Les deux joueurs se connaissent bien pour s'être affrontés à cinq reprises, dont quatre fois... sur terre battue. A Roland-Garros, ils se sont déjà livrés deux duels qui se sont à chaque fois terminés en cinq manches. Le premier avait été remporté par Wawrinka, en 2011, Tsonga prenant sa revanche un an plus tard. Autant dire que le match s'annonce ouvert.Monfils : "vraiment stressé"Federer jouera lui contre Monfils (N.19), préféré à Gasquet par le capitaine Arnaud Clément. Le joueur est capable de tout devant son public, comme il le démontre souvent au mois de juin sur la terre battue parisienne. Avec ses 27.000 places, le stade va accueillir près de deux fois plus de personnes que sur le Court Central de Roland Garros, un tournoi où Monfils s'est fait sortir à trois reprises par... Federer. Mais la dernière rencontre entre les deux hommes prouve que le Français doit croire en ses chances. Lors du dernier US Open, Monfils avait en effet failli jouer un sale tour au numéro 2 mondial. En quarts de finale, il avait gaspillé deux balles de match avant de perdre la rencontre en cinq sets. Le Français ne peut pas rêver de meilleur moment pour prendre sa revanche. Le combat sera très certainement physique entre les deux hommes. Et c'est là que l'incertitude persiste au sujet de Federer. S'il s'est entrainé un peu, un match de plusieurs heures n'est pas la même histoire. Pourtant, Rodger ne s'inquiète pas dans un éventuel long match. "Je me réjouis d'affronter Gaël vendredi, J'aime jouer au meilleur des cinq sets, ce sera cool. "Monfils devra lui veiller à ne pas perdre tous ses moyens face à une telle pression. "C'est ma deuxième chance de gagner un point pour mon pays dans une finale. Alors oui, j'ai peur. Je suis vraiment stressé ", a-t-il confessé dans des propos relayés par l'Agence France Presse. "Ça fait peur car on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Il y aura beaucoup de monde, la pression de la finale. Il y a une sorte de nervosité en moi mais il y a une grosse part d'excitation et de fun". Mais il ne se montre pas battu pour autant : "Ça a beau être Roger, la légende, il a beau être plus fort, en sport tout peut se passer sur un match, encore plus à la maison."Pas de problème collectif pour la SuisseSi Federer est à 100%, la Suisse partira avec l'avantage des pronostics. Mais attention au public qui sera entièrement acquis à la cause des Français. Une autre faiblesse à exploiter pour Tsonga et les siens aurait pu être un manque de collectif entre les deux joueurs suisses. La presse n'a cessé de parler cette semaine d'une dispute entre les deux hommes suite à leur confrontation en demi-finale des Masters. Mais Federer a balayé d'une main ces rumeurs de mésentente. "Nous avons eu une conversation après le match. Je voulais savoir s'il n'y avait pas de rancoeur car c'est arrivé à un moment clé du match. Nous sommes relax à ce sujet. On est assez grand. Nous sommes amis, pas ennemis. Je ne pense pas qu'il a grand-chose d'autre à dire". Wawrinka confirme : "Il n'y a pas de problèmes entre nous. Comme a dit Roger, on en a parlé juste après le match. On sait comment régler ce genre de choses quand elles arrivent. C'est devenu une polémique à cause de vous (Ndlr : les journalistes). Ce n'est vraiment rien pour nous".Concernant les jours suivants, le samedi (vers 15h30), le double sera au programme. Il peut être déjà décisif si une équipe possède déjà deux points. Il opposera les paires Gasquet/Benneteau pour la France et Chiudinelli/Lammer pour la Suisse. Le dimanche, le public assistera aux derniers simples. Federer et Tsonga seront aux prises à 13h et le match entre Wawrinka et Monfils suivra.