La cadette des Williams a gagné lors des douze derniers mois 25,4 millions d'euros en primes de victoires et contrats publicitaires. A titre de comparaison, alors que le classement 2016 n'est pas encore connu, le sportif le mieux payé, selon Forbes, en 2015 a été le boxeur américain Floyd Mayweather avec 263,7 millions d'euros!

Le premier joueur de tennis, le Suisse Roger Federer, était 5e dans ce classement avec un revenu annuel de 59 millions d'euros. Williams, N.1 mondiale, a remporté dans sa carrière plus de 68 millions d'euros en primes de victoires, mais elle était jusqu'à cette année dans l'ombre de Sharapova, qui n'a pourtant pas son palmarès mais qui est la coqueluche des publicitaires et des entreprises. Mais la Russe a perdu plusieurs contrats de partenariat avec Nike, American Express, Porsche et TAG Heuer dès l'annonce de son contrôle antidopage positif au meldonium, un médicament apparu en janvier dernier sur la liste des produits prohibés par l'Agence mondiale antidopage.

Ces revenus ont baissé de 7 millions d'euros pour s'établir à 19,2 millions au cours des douze derniers mois. Sharapova qui est suspendue à titre provisoire et ne peut pas jouer depuis mars, occupait depuis onze années consécutives la première place du classement établi par Forbes.

L'Américaine Ronda Rousey, star de MMA, les arts martiaux mixtes très populaires aux Etats-Unis, occupe la 3e place de ce classement (12,3 millions d'euros), juste devant sa compatriote Danica Patrick, pilote du Championnat automobile NASCAR (12,2 millions d'euros). Suivent ensuite six joueuses de tennis: la Polonaise Agnieszka Radwanska est 5e (8,9 millions d'euros), devant une autre reine de la raquette la Danoise Caroline Wozniacki (7 millions) et la lauréate de Roland Garros, aux dépens de Serena Williams, l'Espagnole Garbine Muguruza (6,7 millions), la Serbe Ana Ivanovic (6,5 millions), la Bélarusse Victoria Azarenka (5,8 millions) et la Canadienne Eugenie Bouchard (5,4 millions).

La cadette des Williams a gagné lors des douze derniers mois 25,4 millions d'euros en primes de victoires et contrats publicitaires. A titre de comparaison, alors que le classement 2016 n'est pas encore connu, le sportif le mieux payé, selon Forbes, en 2015 a été le boxeur américain Floyd Mayweather avec 263,7 millions d'euros! Le premier joueur de tennis, le Suisse Roger Federer, était 5e dans ce classement avec un revenu annuel de 59 millions d'euros. Williams, N.1 mondiale, a remporté dans sa carrière plus de 68 millions d'euros en primes de victoires, mais elle était jusqu'à cette année dans l'ombre de Sharapova, qui n'a pourtant pas son palmarès mais qui est la coqueluche des publicitaires et des entreprises. Mais la Russe a perdu plusieurs contrats de partenariat avec Nike, American Express, Porsche et TAG Heuer dès l'annonce de son contrôle antidopage positif au meldonium, un médicament apparu en janvier dernier sur la liste des produits prohibés par l'Agence mondiale antidopage. Ces revenus ont baissé de 7 millions d'euros pour s'établir à 19,2 millions au cours des douze derniers mois. Sharapova qui est suspendue à titre provisoire et ne peut pas jouer depuis mars, occupait depuis onze années consécutives la première place du classement établi par Forbes. L'Américaine Ronda Rousey, star de MMA, les arts martiaux mixtes très populaires aux Etats-Unis, occupe la 3e place de ce classement (12,3 millions d'euros), juste devant sa compatriote Danica Patrick, pilote du Championnat automobile NASCAR (12,2 millions d'euros). Suivent ensuite six joueuses de tennis: la Polonaise Agnieszka Radwanska est 5e (8,9 millions d'euros), devant une autre reine de la raquette la Danoise Caroline Wozniacki (7 millions) et la lauréate de Roland Garros, aux dépens de Serena Williams, l'Espagnole Garbine Muguruza (6,7 millions), la Serbe Ana Ivanovic (6,5 millions), la Bélarusse Victoria Azarenka (5,8 millions) et la Canadienne Eugenie Bouchard (5,4 millions).