Epouse, mère, directrice de tournoi et femme d'affaires, Kim Clijsters est désormais retirée des courts mais elle n'en garde pas moins un oeil avisé. Récemment, Carl Maes a déclaré qu'avec trois ou quatre mois d'entraînements, elle parviendrait facilement à réintégrer le Top 25, voire le Top 20. "C'est difficile à dire. Si je retrouvais mon meilleur niveau, je pourrais peut-être encore faire illusion sur le circuit, mais le top absolu est devenu hors d'atteinte : Simona Halep, Maria Sharapova ou Serena Williams, la plus complète de toutes. Bon service et bon retour, montée au filet, jeu agressif, défense : elle maîtrise tous les aspects.

Et elle travaille de façon plus professionnelle que jamais. Autrefois, lorsqu'on la voyait sur un tournoi, on remarquait qu'elle n'était là que parce qu'elle y était obligée, alors qu'aujourd'hui, elle apparaît plus concentrée et mieux préparée. Elle voyage avec un cuisinier, un instructeur de yoga, un coach physique. Elle se rend sans doute compte qu'elle vit ses dernières années sur le circuit.

J'adore la regarder jouer, elle frise la perfection sur le plan technique. Je n'aime pas le show et le tralala, mais lorsqu'elle joue à son meilleur niveau, personne ne peut la battre. Elle est beaucoup trop forte physiquement. Puissante et rapide. Sa vitesse de réaction et d'anticipation est énorme. Elle est intimidante, aussi. Beaucoup de joueuses se disent, bien avant le match : 'je n'ai aucune chance face à elle'. Au début de ma carrière, j'ai ressenti cela également... Elle est capable, lors du toss, de vous regarder en donnant l'air de penser 'tu es qui, toi ?' Ou alors, pendant l'échauffement, elle vous renvoyait quelques balles du gauche...

Mais, après un moment, on se rend compte qu'elle utilise son pouvoir d'intimidation pour dissimuler certains doutes. Sur le court, Serena doute parfois énormément, mais grâce à sa puissance, elle parvient à impressionner ses adversaires. Justine et moi, nous parvenions à résister et à la faire encore douter davantage."

Par Chris Tetaert

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Kim Clijsters dans votre Sport/Foot Magazine

Epouse, mère, directrice de tournoi et femme d'affaires, Kim Clijsters est désormais retirée des courts mais elle n'en garde pas moins un oeil avisé. Récemment, Carl Maes a déclaré qu'avec trois ou quatre mois d'entraînements, elle parviendrait facilement à réintégrer le Top 25, voire le Top 20. "C'est difficile à dire. Si je retrouvais mon meilleur niveau, je pourrais peut-être encore faire illusion sur le circuit, mais le top absolu est devenu hors d'atteinte : Simona Halep, Maria Sharapova ou Serena Williams, la plus complète de toutes. Bon service et bon retour, montée au filet, jeu agressif, défense : elle maîtrise tous les aspects.Et elle travaille de façon plus professionnelle que jamais. Autrefois, lorsqu'on la voyait sur un tournoi, on remarquait qu'elle n'était là que parce qu'elle y était obligée, alors qu'aujourd'hui, elle apparaît plus concentrée et mieux préparée. Elle voyage avec un cuisinier, un instructeur de yoga, un coach physique. Elle se rend sans doute compte qu'elle vit ses dernières années sur le circuit.J'adore la regarder jouer, elle frise la perfection sur le plan technique. Je n'aime pas le show et le tralala, mais lorsqu'elle joue à son meilleur niveau, personne ne peut la battre. Elle est beaucoup trop forte physiquement. Puissante et rapide. Sa vitesse de réaction et d'anticipation est énorme. Elle est intimidante, aussi. Beaucoup de joueuses se disent, bien avant le match : 'je n'ai aucune chance face à elle'. Au début de ma carrière, j'ai ressenti cela également... Elle est capable, lors du toss, de vous regarder en donnant l'air de penser 'tu es qui, toi ?' Ou alors, pendant l'échauffement, elle vous renvoyait quelques balles du gauche...Mais, après un moment, on se rend compte qu'elle utilise son pouvoir d'intimidation pour dissimuler certains doutes. Sur le court, Serena doute parfois énormément, mais grâce à sa puissance, elle parvient à impressionner ses adversaires. Justine et moi, nous parvenions à résister et à la faire encore douter davantage."Par Chris TetaertRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Kim Clijsters dans votre Sport/Foot Magazine