Avant la dernière finale de Roland-Garros, seuls cinq joueurs menés de deux sets en finale étaient parvenus à s'imposer: Björn Borg en 1974, Ivan Lendl en 1984, Andre Agassi en 1999 et Gastón Gaudio en 2004 à Roland-Garros ; et Dominic Thiem en 2020 à l'US Open. Novak Djokovic s'est ajouté à cette liste le 13 juin, après avoir pris la mesure de Stéfanos Tsitsipás (6-7, 2-6, 6-3, 6-2, 6-4). Un match de quatre heures et onze minutes, exactement la même durée que sa demi-finale contre Rafael Nadal, un match remporté en quatre sets par le Serbe, qui avait perdu le premier. C'était la première fois que l'Espagnol était vaincu sur terre battue après avoir gagné le premier set.
...

Avant la dernière finale de Roland-Garros, seuls cinq joueurs menés de deux sets en finale étaient parvenus à s'imposer: Björn Borg en 1974, Ivan Lendl en 1984, Andre Agassi en 1999 et Gastón Gaudio en 2004 à Roland-Garros ; et Dominic Thiem en 2020 à l'US Open. Novak Djokovic s'est ajouté à cette liste le 13 juin, après avoir pris la mesure de Stéfanos Tsitsipás (6-7, 2-6, 6-3, 6-2, 6-4). Un match de quatre heures et onze minutes, exactement la même durée que sa demi-finale contre Rafael Nadal, un match remporté en quatre sets par le Serbe, qui avait perdu le premier. C'était la première fois que l'Espagnol était vaincu sur terre battue après avoir gagné le premier set. Au quatrième tour du tournoi parisien, Djokovic avait déjà perdu les deux premières manches face au jeune Lorenzo Musetti, chaque fois au tie-break, mais il avait ensuite surclassé l'Italien 6-1, 6-0, 4-0, avant que blessé, Musetti ne soit contraint à l'abandon. "J'adore affronter les jeunes en trois sets gagnants", avait-il commenté ensuite. Même quand je suis mené de deux sets, je crois en mes chances. Je suis très affûté et je sais comment user un adversaire. L'expérience de matches précédents disputés en cinq manches m'est très utile." Djokovic est inébranlable, tant physiquement que mentalement. Rappelez-vous l'Open d'Australie 2020. Dominic Thiem menait deux sets à un, avant d'être battu par le Serbe. Ou la finale légendaire de Wimbledon 2019, où Djoko avait gagné le dernier set contre Roger Federer 13-12, après avoir effacé deux balles de match du Suisse. Aucun joueur ne parvient à conserver un tel sang-froid dans le cinquième set. Les statistiques de Djokovic le démontrent. Elles sont flagrantes, même comparées à celles des deux autres grands du tennis. Il a gagné 34 des 44 cinquièmes sets disputés sur l'ensemble de sa carrière, doit 77%. Nadal, lui, n'obtient que 66%: 22 succès sur 34 dans des matches, et Federer présente un bulletin encore moins bon: 31 sur 54, soit 57%. Djokovic a également disputé plus de matches en cinq sets que Federer et Nadal, quand la formule des tournois s'y prête: 11,9% (dont 9,2% remportés). Le Suisse atteint 11% (dont 6,3% remportés) et l'Espagnol n'est arrivé au cinquième set que dans 9,6% des cas (dont 6,2% remportés). On peut considérer ça comme un point faible, mais c'est aussi un atout, puisque le Serbe sait qu'il peut faire craquer ses adversaires dans ce cinquième set, comme le démontre son pourcentage de succès. Son taux de victoire dans les matches best of five, comme dans les Grands Chelems (87%) est supérieur à celui des matches qui se disputent en trois sets, dans les autres tournois (81%). Mais c'est également le cas de Nadal (88% contre 81%) et de Federer (85% contre 80%). C'est aussi pour cela que ces trentenaires continuent à empiler les victoires en Grands Chelems, au détriment de la fameuse NextGen. La qualité d'un joueur ressort toujours sur la longueur, de même que la meilleure équipe de football a plus de chance d'enlever un championnat qu'un tournoi plus court. La société d'analyse de données Twenty First Group a même opéré ce calcul: le meilleur joueur, selon son propre player rating model, a 31% de chances de gagner un tournoi en trois sets gagnants, contre seulement 23% dans un autre tournoi... Novak Djokovic a donc nettement plus de chances de s'imposer dans les Grands Chelems.