"Je suis très excitée d'être de retour", a-t-elle confié dimanche en conférence de presse. "Je pense que c'est très positif de pouvoir être ici en tant que tenante du titre. Je prends en tout cas la chose comme un chouette défi. J'ai peine à imaginer que cela fait déjà un an. C'est cool de voir ces photos de moi un peu partout. Et je me suis sentie directement à l'aise à l'entraînement dans la Rod Laver Arena."

Caroline Wozniacki, qui a annoncé l'automne dernier souffrir de polyarthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune l'obligeant à prendre particulièrement soin de son corps, connaît Alison Van Uytvanck pour l'avoir déjà rencontrée - et battue 6-1, 6-4, au tournoi WTA de Rome en 2018.

"C'est une adversaire délicate", a-t-elle expliqué. "Elle a un style de jeu atypique, avec des frappes à plat et beaucoup de changements de rythme. Elle sert également très bien. Je sais que je vais devoir mettre un maximum de retours dans le terrain et essayer moi-même par moments d'être agressive. Le fait qu'elle ait battu Muguruza à Wimbledon? C'est bien pour elle", conclut-elle.