L'État de Victoria, dont la capitale Melbourne accueillera l'Open d'Australie en janvier, a exclu mercredi d'accorder une dispense spéciale aux joueurs non vaccinés pour qu'ils puissent participer au tournoi, ce qui pourrait exclure de la compétition le tenant du titre et N.1 mondial Novak Djokovic. "Nous excluons les personnes non vaccinées des pubs, des cafés, des restaurants et du MCG (le principal stade de cricket de Melbourne, NDLR) et de toutes sortes d'autres événements", a rappelé le Premier ministre de l'Etat de Victoria, Daniel Andrews. "Nous ne demanderons pas d'exemption. Par conséquent, la question est fondamentalement résolue", a-t-il martelé.

Ce rappel des autorités locales est un nouvel épisode du feuilleton qui agite le tennis mondial, à moins de deux mois de l'Open d'Australie, premier tournoi du Grand Chelem de l'année (17 au 30 janvier).

Un courriel de la WTA, organisatrice du circuit professionnel féminin, qui a fuité en début de semaine, laissait entendre que les joueuses qui n'avaient pas été vaccinées contre le coronavirus pourraient participer au tournoi à condition de respecter une quarantaine de 14 jours.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a ensuite déclaré que les joueurs non vaccinés seraient autorisés à entrer dans le pays s'ils recevaient une exemption, que l'État hôte, Victoria, devait demander en leur nom. Mais l'État de Victoria a donc exclu cette possibilité. C'est en effet le gouvernement fédéral australien qui contrôle les frontières du pays et délivre les visas d'entrée, mais pendant la pandémie, les gouvernements des États ont décidé de leurs propres conditions d'entrée (quarantaine, vaccination obligatoire).

Djokovic, vainqueur des trois dernières éditions de l'Open d'Australie et sacré au total à neuf reprises à Melbourne, a par le passé publiquement pris position contre les vaccins et toujours refusé de dire s'il avait lui-même été vacciné contre le coronavirus. Le 19 octobre dernier, il a laissé entendre qu'il pourrait faire l'impasse sur le tournoi australien: "Je ne sais pas si je vais aller en Australie, je ne sais pas ce qui se passe. La situation actuellement n'est pas bonne", a déclaré "Djoko" dans le presse serbe.

Selon l'ATP, en charge du circuit professionnel masculin, et la WTA, environ 65% des joueurs et plus de 60% des joueuses sont vaccinés. Pour l'édition 2021 de l'Open d'Australie, programmée en février au lieu de janvier, les joueurs et leurs entraîneurs avaient dû observer une quarantaine de deux semaines dans des hôtels, avant de pouvoir circuler librement. La jauge de spectateurs avait été fixée à 30.000 par jour, soit 50% de la capacité. Durant le tournoi, un confinement de cinq jours avait été décrété dans l'Etat de Victoria.

L'État de Victoria, dont la capitale Melbourne accueillera l'Open d'Australie en janvier, a exclu mercredi d'accorder une dispense spéciale aux joueurs non vaccinés pour qu'ils puissent participer au tournoi, ce qui pourrait exclure de la compétition le tenant du titre et N.1 mondial Novak Djokovic. "Nous excluons les personnes non vaccinées des pubs, des cafés, des restaurants et du MCG (le principal stade de cricket de Melbourne, NDLR) et de toutes sortes d'autres événements", a rappelé le Premier ministre de l'Etat de Victoria, Daniel Andrews. "Nous ne demanderons pas d'exemption. Par conséquent, la question est fondamentalement résolue", a-t-il martelé. Ce rappel des autorités locales est un nouvel épisode du feuilleton qui agite le tennis mondial, à moins de deux mois de l'Open d'Australie, premier tournoi du Grand Chelem de l'année (17 au 30 janvier). Un courriel de la WTA, organisatrice du circuit professionnel féminin, qui a fuité en début de semaine, laissait entendre que les joueuses qui n'avaient pas été vaccinées contre le coronavirus pourraient participer au tournoi à condition de respecter une quarantaine de 14 jours. Le Premier ministre australien Scott Morrison a ensuite déclaré que les joueurs non vaccinés seraient autorisés à entrer dans le pays s'ils recevaient une exemption, que l'État hôte, Victoria, devait demander en leur nom. Mais l'État de Victoria a donc exclu cette possibilité. C'est en effet le gouvernement fédéral australien qui contrôle les frontières du pays et délivre les visas d'entrée, mais pendant la pandémie, les gouvernements des États ont décidé de leurs propres conditions d'entrée (quarantaine, vaccination obligatoire). Djokovic, vainqueur des trois dernières éditions de l'Open d'Australie et sacré au total à neuf reprises à Melbourne, a par le passé publiquement pris position contre les vaccins et toujours refusé de dire s'il avait lui-même été vacciné contre le coronavirus. Le 19 octobre dernier, il a laissé entendre qu'il pourrait faire l'impasse sur le tournoi australien: "Je ne sais pas si je vais aller en Australie, je ne sais pas ce qui se passe. La situation actuellement n'est pas bonne", a déclaré "Djoko" dans le presse serbe. Selon l'ATP, en charge du circuit professionnel masculin, et la WTA, environ 65% des joueurs et plus de 60% des joueuses sont vaccinés. Pour l'édition 2021 de l'Open d'Australie, programmée en février au lieu de janvier, les joueurs et leurs entraîneurs avaient dû observer une quarantaine de deux semaines dans des hôtels, avant de pouvoir circuler librement. La jauge de spectateurs avait été fixée à 30.000 par jour, soit 50% de la capacité. Durant le tournoi, un confinement de cinq jours avait été décrété dans l'Etat de Victoria.