. Nadal répond présent

Genou droit, abdominaux, arthroscopie de la cheville droite, et enfin légère élongation à la cuisse gauche tout début janvier: depuis son abandon en demi-finale de l'US Open en septembre, le corps de Nadal a grincé de toutes parts. Pour son retour sur le circuit après quatre mois d'absence, l'Espagnol aux 17 titres en Grand Chelem a répondu présent sous la chaleur australienne en maîtrisant l'Australien James Duckworth, bénéficiaire d'une invitation, en un peu plus de deux heures (6-4, 6-3, 7-5).

"Ce n'est pas facile de revenir après plusieurs mois sans compétition, surtout face à un joueur très agressif sur chaque point, c'est difficile de trouver son rythme. C'est toujours difficile de reprendre après une blessure, je sais de quoi je parle", a déclaré "Rafa", forfait à Brisbane début janvier et qui ne s'était testé qu'à travers deux exhibitions, à Abu Dhabi fin décembre et à Sydney il y a une semaine.

Les derniers jeux de la partie l'ont illustré: au service pour le gain du match à 5-3, le N.2 mondial a vu son adversaire recoller à 5-5 avant de conclure deux jeux plus tard.

Que ce soit clair: à 32 ans, le Majorquin n'a aucune envie de laisser la place à la nouvelle génération: "Pas encore j'espère ! Ils ont encore beaucoup de temps, ils peuvent attendre un ou deux ans de plus !", a-t-il lancé.

Federer, qui rêve d'une 21e couronne en Grand Chelem et d'un centième trophée, est lui attendu sur la Rod Laver Arena en soirée, face à l'Ouzbek Denis Istomin (99e).

Pour son dernier Open d'Australie, trois jours après avoir annoncé avec émotion sa fin de carrière imminente, terrassé par sa hanche droite, Andy Murray se mesure à l'Espagnol Roberto Bautista (24e) en fin d'après-midi. La tâche s'annonce ardue: Bautista reste sur une victoire face au N.1 mondial Novak Djokovic et un titre à Doha début 2019.

. Sharapova sans pitié

6-0, 6-0 en 63 minutes: première à entrer sur la Rod Laver Arena, Maria Sharapova s'est montrée sans pitié pour la Britannique Harriet Dart, issue des qualifications. Au point que son adversaire a quitté le court en larmes. Pas de quoi émouvoir l'ex-N.1 mondiale aujourd'hui 30e. "Désolée mais je n'ai pas le temps pour ça", a-t-elle lâché en conférence de presse.

Si elle n'est "pas encore où (elle) voudrait en être", la Russe de 31 ans, qui avait abandonné à Shenzhen (Chine) début janvier, touchée à la cuisse gauche, s'est félicitée d'avoir "fait les choses comme il fallait du début à la fin".

. Super tie-break, première

Jouée sur un court plus confidentiel du Melbourne Park, la rencontre entre la Russe Ekaterina Makarova et la Britannique Katie Boulter a étrenné le super tie-break, en dix points au lieu de sept, dans la manche décisive. Boulter, poings serrés quand elle a mené 7-4, avait visiblement oublié la subtilité. L'histoire se finit bien pour elle: elle s'est imposée 10-6. Jusqu'à cette année, les matches se poursuivaient jusqu'à ce qu'il y ait deux jeux d'écart dans le troisième set côté dames et dans le cinquième côté messieurs.