Isner, 23-ème mondial, l'a en effet emporté 6-3, 7-5 en 1h21 face à la tête de série N.1, qui convoitait le treizième titre de sa carrière et son premier aux Etats-Unis. Ce trophée est le sixième d'Isner et son premier sur surface lente. Il ne s'était jusqu'alors imposé que sur dur (Winston-Salem 2012, 2011 et Auckland 2010) ou sur herbe (Newport 2012, 2011). En demi-finale, Isner avait éliminé le tenant du titre, l'Argentin Juan Monaco, qui l'avait battu 6-2, 3-6, 6-3 l'an dernier en finale de ce même tournoi. Le score de la revanche: 1-6, 6-4, 6-4. Après un début de saison laborieux, le géant américain retrouve donc le chemin de la victoire avant de traverser l'Atlantique pour les tournois européens. (Belga)

Isner, 23-ème mondial, l'a en effet emporté 6-3, 7-5 en 1h21 face à la tête de série N.1, qui convoitait le treizième titre de sa carrière et son premier aux Etats-Unis. Ce trophée est le sixième d'Isner et son premier sur surface lente. Il ne s'était jusqu'alors imposé que sur dur (Winston-Salem 2012, 2011 et Auckland 2010) ou sur herbe (Newport 2012, 2011). En demi-finale, Isner avait éliminé le tenant du titre, l'Argentin Juan Monaco, qui l'avait battu 6-2, 3-6, 6-3 l'an dernier en finale de ce même tournoi. Le score de la revanche: 1-6, 6-4, 6-4. Après un début de saison laborieux, le géant américain retrouve donc le chemin de la victoire avant de traverser l'Atlantique pour les tournois européens. (Belga)