En finale, du 16 au 18 novembre, l'Espagne, tenante du trophée, rencontrera soit la République Tchèque, soit l'Argentine, une rencontre que les Ibères disputeront quoi qu'il arrive à l'extérieur compte tenu de la règle de l'alternance. Après avoir remporté les deux premiers simples vendredi, l'Espagne avait vu les Etat-Unis réduire le score à 2-1 grâce au double samedi. Dimanche, David Ferrer, N.5 mondial, plus précis que son adversaire, a notamment profité des nombreuses fautes directes commises dans les 2e et 4e sets par Isner, qui a sans doute aussi payé les efforts de son premier simple de 4 heures 16 minutes, perdu vendredi face à Nicolas Almagro. Ferrer, demi-finaliste du dernier US Open, a poursuivi son impressionnante série de 16 matches gagnés en Coupe Davis à domicile. Pour la défense du titre conquis l'année dernière à Séville face à l'Argentine, les Espagnols pourront peut-être compter sur le retour de Rafael Nadal, blessé au genou et forfait pour les demi-finales. (RAFA RIVAS)

En finale, du 16 au 18 novembre, l'Espagne, tenante du trophée, rencontrera soit la République Tchèque, soit l'Argentine, une rencontre que les Ibères disputeront quoi qu'il arrive à l'extérieur compte tenu de la règle de l'alternance. Après avoir remporté les deux premiers simples vendredi, l'Espagne avait vu les Etat-Unis réduire le score à 2-1 grâce au double samedi. Dimanche, David Ferrer, N.5 mondial, plus précis que son adversaire, a notamment profité des nombreuses fautes directes commises dans les 2e et 4e sets par Isner, qui a sans doute aussi payé les efforts de son premier simple de 4 heures 16 minutes, perdu vendredi face à Nicolas Almagro. Ferrer, demi-finaliste du dernier US Open, a poursuivi son impressionnante série de 16 matches gagnés en Coupe Davis à domicile. Pour la défense du titre conquis l'année dernière à Séville face à l'Argentine, les Espagnols pourront peut-être compter sur le retour de Rafael Nadal, blessé au genou et forfait pour les demi-finales. (RAFA RIVAS)