Kim Clijsters craint les radiations nucléaires, c'est pour cela qu'elle renonce aux tournois de Tokyo et de Pékin prévus respectivement le 25 septembre et le 1er octobre prochain.

La Limbourgeoise a donné la nouvelle mardi lors d'une conférence de presse en vue du tournoi de Miami qu'elle débutera fin de semaine.

La Belge avoue avoir été prise de panique lors du tournoi d'Indian Wells quand elle été mise au courant qu'un nuage radioactif se dirigeait vers la côte Ouest des Etats-Unis : "lorsque j'ai appris la formation de ce nuage, j'ai pensé à partir le plus vite possible", a déclaré la numéro deux mondiale.

Kim Clijsters est effectivement partie vite après l'annonce de la présence d'un nuage radioactif puisque deux jours après, elle abandonnait en huitièmes de finale face à la Française Marion Bartoli pour une douleur à l'épaule. Y a-t-il un lien ? Difficile à savoir.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Kim Clijsters craint les radiations nucléaires, c'est pour cela qu'elle renonce aux tournois de Tokyo et de Pékin prévus respectivement le 25 septembre et le 1er octobre prochain. La Limbourgeoise a donné la nouvelle mardi lors d'une conférence de presse en vue du tournoi de Miami qu'elle débutera fin de semaine. La Belge avoue avoir été prise de panique lors du tournoi d'Indian Wells quand elle été mise au courant qu'un nuage radioactif se dirigeait vers la côte Ouest des Etats-Unis : "lorsque j'ai appris la formation de ce nuage, j'ai pensé à partir le plus vite possible", a déclaré la numéro deux mondiale. Kim Clijsters est effectivement partie vite après l'annonce de la présence d'un nuage radioactif puisque deux jours après, elle abandonnait en huitièmes de finale face à la Française Marion Bartoli pour une douleur à l'épaule. Y a-t-il un lien ? Difficile à savoir. Sportfootmagazine.be, avec Belga