"L'Union Belge m'a assuré que ses membres avaient tout fait par rapport à la demande envoyée à la FIFA, concernant ma naturalisation belge, effective au niveau du football et qui m'aurait permis de devenir Diable Rouge. Mais j'ai la conviction que rien n'a été réellement tenté", a déclaré Mémé Tchité ce mercredi, lors d'une conférence de presse organisée dans les installations du Standard.

"Je suis revenu en Belgique pour pouvoir être Diables Rouges"

"Pourtant, Georges Leekens à fait en sorte que je puisse intégrer son noyau. Il n'a pas été suivi. J'ai clairement mis l'Union belge devant ses responsabilités. J'ai exigé une réponse par oui ou par non, compte-t-elle me convoquer? Car selon la FIFA je suis un joueur libre et donc en regard du règlement, un joueur libre ayant la possibilité d'être sélectionné par n'importe qu'elle équipe nationale. J'ai toujours souhaité évoluer pour les Diables. Ce n'est un secret pour personne, je l'ai suffisamment clamé. Je suis revenu en Belgique pour ça. Et jusqu'à présent, j'ai perdu beaucoup dans cette histoire."

L'attaquant de Rouches poursuit : "Alors que durant l'été, nous étions en pleine période des transferts, la FIFA m'a assuré qu'en restant en Belgique, il n'y aurait aucun problème pour que je devienne international belge. Pourtant j'étais très courtisé. Par Saint-Etienne et par cinq autres clubs. Je n'avais qu'à dire 'oui' et j'étais parti. Pourtant, j'ai décidé de rester"

"J'ai l'intention d'aller jusqu'au bout" Mémé Tchité entend mener son combat jusqu'au bout. Ainsi, il annonce : "Je n'ai pas l'intention de laisser les choses en l'état. S'il le faut je ferais moi-même la lettre que j'enverrai à la FIFA. Ensuite, nous irons en justice si je n'ai toujours pas de réponse. Je me demande si pour entrer en équipe nationale, il ne faut pas être un joueur de Bruges ou d'Anderlecht. C'est dommage pour la Belgique. Dommage aussi que le Standard n'est pas l'Union belge."

"L'Union belge déclare que je ne serai jamais Diable rouge, mais moi, j'ai l'intention d'aller jusqu'au bout de mon idéal. C'était un rêve de jouer pour les Diables. L'Union belge le transforme en cauchemar", conclut Tchité.

Un parcours sinueux

Mohammed "Meme" Tchité a débuté sa carrière au Burundi. Il est ensuite parti au Rwanda avant de rejoindre la Belgique et le Standard, en 2003. Durant cette période, Tchité, uniquement dans les équipes de jeunes, a défendu les couleurs de différents pays.

Il aurait même signé, ce qu'il conteste et assure que c'est un faux en écriture, une demande de naturalisation, pour évoluer, en senior cette fois, au Rwanda. Le joueur rentre par la suite une demande de naturalisation "civile" en Belgique. Il obtient la nationalité belge le 6 mars 2008.

C'est alors qu'il fait part de son souhait d'intégrer le noyau des Diables rouges. Il est retenu le 28 août 2008, le sélectionneur belge de l'époque René Vandereycken, en qualifications du Mondial 2010 contre la Lituanie mais n'est pas aligné, son affiliation ne semble pas offrir toutes les garanties. Depuis, c'est l'imbroglio le plus total.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"L'Union Belge m'a assuré que ses membres avaient tout fait par rapport à la demande envoyée à la FIFA, concernant ma naturalisation belge, effective au niveau du football et qui m'aurait permis de devenir Diable Rouge. Mais j'ai la conviction que rien n'a été réellement tenté", a déclaré Mémé Tchité ce mercredi, lors d'une conférence de presse organisée dans les installations du Standard. "Je suis revenu en Belgique pour pouvoir être Diables Rouges" "Pourtant, Georges Leekens à fait en sorte que je puisse intégrer son noyau. Il n'a pas été suivi. J'ai clairement mis l'Union belge devant ses responsabilités. J'ai exigé une réponse par oui ou par non, compte-t-elle me convoquer? Car selon la FIFA je suis un joueur libre et donc en regard du règlement, un joueur libre ayant la possibilité d'être sélectionné par n'importe qu'elle équipe nationale. J'ai toujours souhaité évoluer pour les Diables. Ce n'est un secret pour personne, je l'ai suffisamment clamé. Je suis revenu en Belgique pour ça. Et jusqu'à présent, j'ai perdu beaucoup dans cette histoire." L'attaquant de Rouches poursuit : "Alors que durant l'été, nous étions en pleine période des transferts, la FIFA m'a assuré qu'en restant en Belgique, il n'y aurait aucun problème pour que je devienne international belge. Pourtant j'étais très courtisé. Par Saint-Etienne et par cinq autres clubs. Je n'avais qu'à dire 'oui' et j'étais parti. Pourtant, j'ai décidé de rester" "J'ai l'intention d'aller jusqu'au bout" Mémé Tchité entend mener son combat jusqu'au bout. Ainsi, il annonce : "Je n'ai pas l'intention de laisser les choses en l'état. S'il le faut je ferais moi-même la lettre que j'enverrai à la FIFA. Ensuite, nous irons en justice si je n'ai toujours pas de réponse. Je me demande si pour entrer en équipe nationale, il ne faut pas être un joueur de Bruges ou d'Anderlecht. C'est dommage pour la Belgique. Dommage aussi que le Standard n'est pas l'Union belge." "L'Union belge déclare que je ne serai jamais Diable rouge, mais moi, j'ai l'intention d'aller jusqu'au bout de mon idéal. C'était un rêve de jouer pour les Diables. L'Union belge le transforme en cauchemar", conclut Tchité. Un parcours sinueux Mohammed "Meme" Tchité a débuté sa carrière au Burundi. Il est ensuite parti au Rwanda avant de rejoindre la Belgique et le Standard, en 2003. Durant cette période, Tchité, uniquement dans les équipes de jeunes, a défendu les couleurs de différents pays. Il aurait même signé, ce qu'il conteste et assure que c'est un faux en écriture, une demande de naturalisation, pour évoluer, en senior cette fois, au Rwanda. Le joueur rentre par la suite une demande de naturalisation "civile" en Belgique. Il obtient la nationalité belge le 6 mars 2008. C'est alors qu'il fait part de son souhait d'intégrer le noyau des Diables rouges. Il est retenu le 28 août 2008, le sélectionneur belge de l'époque René Vandereycken, en qualifications du Mondial 2010 contre la Lituanie mais n'est pas aligné, son affiliation ne semble pas offrir toutes les garanties. Depuis, c'est l'imbroglio le plus total. Sportfootmagazine.be, avec Belga