La FIFA a tenu à préciser, via un communiqué, certains éléments concernant le dossier Tchité et sa demande de changement d'association.

La FIFA n'a pas pour habitude de commenter sur les procédures judiciaires en cours, mais l'information contenue dans des articles récents parus dans la presse belge, avant l'audience prévue le jeudi 28 octobre 2010 devant la Cour d'appel de Bruxelles, est inexacte et doit être corrigée, selon elle.

Ainsi, en premier lieu, contrairement à ce qui est écrit, l'Union belge n'a, à aucun moment, transmis à la FIFA une demande formelle de changement d'association au nom de Mémé Tchité.

Deuxièmement, "l'expertise graphologique" fournit par Mémé Tchité n'a aucune valeur juridique et n'est donc pas recevable. Il est à noter qu'aucune action en justice n'a été entreprise par M. Tchité contre ceux qu'il accuse d'avoir falsifié sa signature en 2004.

Enfin, une des conditions requises pour qu'un changement d'association soit autorisé selon les règlements de la FIFA est la possession, au moment où le joueur est aligné dans une équipe représentative d'un pays, de la nationalité de l'association qu'il souhaiterait rejoindre. Dans le cas de M. Tchité, ayant acquis la nationalité belge en 2008 et souhaitant représenter aujourd'hui la Belgique, cette condition n'était pas remplie lorsqu'il a joué pour le Burundi en 2002. La FIFA ne fera pas d'autres commentaires, mais publiera une déclaration au moment de la conclusion de l'affaire.

Thomas Bricmont

La FIFA a tenu à préciser, via un communiqué, certains éléments concernant le dossier Tchité et sa demande de changement d'association. La FIFA n'a pas pour habitude de commenter sur les procédures judiciaires en cours, mais l'information contenue dans des articles récents parus dans la presse belge, avant l'audience prévue le jeudi 28 octobre 2010 devant la Cour d'appel de Bruxelles, est inexacte et doit être corrigée, selon elle. Ainsi, en premier lieu, contrairement à ce qui est écrit, l'Union belge n'a, à aucun moment, transmis à la FIFA une demande formelle de changement d'association au nom de Mémé Tchité.Deuxièmement, "l'expertise graphologique" fournit par Mémé Tchité n'a aucune valeur juridique et n'est donc pas recevable. Il est à noter qu'aucune action en justice n'a été entreprise par M. Tchité contre ceux qu'il accuse d'avoir falsifié sa signature en 2004. Enfin, une des conditions requises pour qu'un changement d'association soit autorisé selon les règlements de la FIFA est la possession, au moment où le joueur est aligné dans une équipe représentative d'un pays, de la nationalité de l'association qu'il souhaiterait rejoindre. Dans le cas de M. Tchité, ayant acquis la nationalité belge en 2008 et souhaitant représenter aujourd'hui la Belgique, cette condition n'était pas remplie lorsqu'il a joué pour le Burundi en 2002. La FIFA ne fera pas d'autres commentaires, mais publiera une déclaration au moment de la conclusion de l'affaire. Thomas Bricmont