Tout sur Yari Verschaeren

"Si la saga Doku vire à la farce, le dindon s'appellera Rennes et personne d'autre : les clubs qui pètent des sommes folles pour des débutants doués sur lesquels ils misent comme sur de jeunes chevaux, ces clubs ne sont pas à plaindre s'ils se plantent." Une opinion de Bernard Jeunejean.

Alors que les clubs de D1A ont dépensé moins cet été que l'année passée (soixante millions au lieu de 170), et que le nombre de transferts entrants a fortement baissé, il n'y a quand même pas plus d'opportunités pour les jeunes formés sur place. Bien au contraire.

D'abord souveraine, la Belgique s'est finalement inclinée à Wembley. Et traverse la Manche avec des débats dans les valises.

La Belgique, avec de nombreux nouveaux joueurs et habituels remplaçants, n'a pas pu faire mieux qu'un partage face à la Côte d'Ivoire (1-1) jeudi en amical. Cette rencontre était la première avec des fans au stade Roi Baudouin depuis le 19 novembre 2019 et un large succès contre Chypre. Elle met aussi un terme à une série de douze victoires.

Dans le dur il y a un an avec Anderlecht, Alexis Saelemaekers s'éclate au Milan AC depuis le mois de janvier. La preuve qu'on peut être pris en grippe par son club de coeur et dans les petits papiers de Paolo Maldini.

Avec les nouveaux venus Jérémy Doku et Landry Dimata, mais aussi Yari Verschaeren, Elias Cobbaut et Hendrik Van Crombrugge, Roberto Martinez avait initialement appelé cinq Anderlechtois pour les matchs de Ligue des Nations contre le Danemark (8 septembre à Copenhague) et l'Islande (11 septembre à Bruxelles). Ce fort contingent mauve et blanc a alimenté les débats la semaines passée. En conférence de presse, mardi à Tubize, Doku et Dimata ont relativisé les critiques.

Blessure, corona, méforme, pression, crise de confiance : secouez le tout, et ça donne, pour Yari Verschaeren, vingt minutes en matches officiels depuis le début de l'année. Oui, vingt minutes.