Tout sur Yannick Bolasie

Cet été, la Premier League est devenue un sponsor important des clubs de pointe de la Jupiler Pro League. Pourquoi les clubs anglais viennent-ils faire leur marché en Belgique, dépensant près de 100 millions d'euros ?

Yannick Bolasie a joué son dernier match avec Anderlecht dimanche à Gand. L'attaquant congolais de 29 ans, arrivé en prêt d'Everton en janvier, a fait ses adieux au Sporting lundi dans un message qu'il a posté sur son compte Twitter.

Au coeur d'un vol majestueux, le prédateur déploie ses ailes et semble suspendre le temps avant de fondre sur sa proie. L'ailier est comme le rapace : rapide, solitaire et redoutable. Et si la clé du titre vivait près de la ligne de touche ?

Suite à leur défaite contre l'Antwerp, Yannick Bolasie et Anderlecht sont dos au mur. Ils doivent réagir vendredi contre le Standard, à Sclessin.

Pour comprendre le style et la trajectoire détonante de l'attaquant anderlechtois, il faut se rendre dans le quartier de Willesden, au nord-ouest de la capitale anglaise, là où tout a commencé.

Indispensable pour les clubs en difficulté, le marché hivernal est pourtant souvent le lot de mauvaises affaires. Retour sur les coups du mercato, ses nombreux pièges et ses nouveaux acteurs.

Snobé par les centres de formation, Yannick Bolasie n'a eu besoin de personne pour s'imposer dans le paysage ultra-concurrentiel du football britannique. A la découverte du récent transfuge d'Anderlecht.