Tout sur Waterschei

Le Néerlandais Johan Grijzenhout a entraîné dix clubs belges. Peu d'étrangers ont signé un tel parcours.

Il fut un temps où Anderlecht se mettait au vert le soir du Nouvel An. C'était en 1980, sous la houlette du légendaire Tomislav Ivic. Les Mauves n'en avaient pas moins perdu le match de Coupe du 2 janvier à Waterschei.

Il y a tout juste trente ans, Domenico Olivieri et Pierre Denier, alors joueurs, ont vécu la difficile première saison du Racing, après sa fusion. Maintenant, depuis leur position en retrait, ils apprécient la remontée en flèche de Genk.

En février 1984, le juge d'instruction Guy Bellemans place une bombe sous le football belge : il apparaît que des joueurs du Standard ont, deux ans plus tôt, rétrocédé leur prime de victoire du dernier match à ceux de Waterschei, afin de s'assurer du titre. C'est le premier grand scandale du football belge.

Quel que soit le déroulement des PO1, Genk va continuer à faire la fête. Le 1er juillet, il célèbre ses trente ans. En trois décennies, il s'est forgé un fameux palmarès. Il a joué en Ligue des Champions et son école des jeunes est vantée à l'étranger. Même si le début a été tout sauf une réussite.