Tout sur Waasland-Beveren

Un sondage auprès des dix-huit clubs d'Eredivisie et des seize formations de Jupiler Pro League nous apprend que beaucoup d'eau doit encore couler sous les ponts de la Meuse, du Waal, du Rhin et de l'Escaut avant l'avènement d'une BeNeLeague. Outre-Moerdijk, on fait même preuve d'une prudence étonnante.

L'hiver de l'ancien Buffalo devenu Ostendais en passant par Anvers et en faisant demi-tour à Charleroi en rêvant d'un retour à Waasland-Beveren, donne le tournis. Et résume bien les maux d'un foot belge gangrené par les jeux de pouvoirs entre agents.

Il est l'artiste du Freethiel mais a du mal à concrétiser son talent. Beni Badibanga n'est pas le seul. Il s'est livré à coeur ouvert et son histoire est surprenante. Saviez-vous que son père avait été Premier ministre au Congo ?

La 25e journée de la Jupiler Pro League pourrait bien constituer un tournant dans la course aux playoffs I. Avec en effet La Gantoise/Anderlecht (vendredi 20h30), Charleroi/Zulte Waregem (samedi 18h00), Standard/Club Bruges (dimanche 14h30) et Antwerp/Genk (dimanche 18h00) au programme, la journée pourrait rapprocher des clubs du précieux sésame ou à l'inverse réduire pratiquement à néant certains espoirs.

On le pensait avare en efforts défensifs, mais son replacement carolo a prouvé le contraire. On le pensait avare en longs discours, et c'est plutôt vrai. Pourtant, Ryota Morioka a bien des choses à raconter. De son Japon natal à Charleroi, avec des escales en Pologne, dans le Pays de Waes et chez les Mauves, l'un des hommes forts du Pays Noir déroule son histoire et celle de son football.

Qui s'est distingué ? Qui a sombré ? Quel joueur, entraîneur ou dirigeant a suscité l'émoi ? Chaque semaine, désormais, Sport/Foot Magazie s'attarde sur quatre événements marquants de la Jupiler Pro League.

Après les matches de Noël, les clubs disposent d'un peu plus d'une semaine pour recharger leurs batteries. Dans les prochains jours, ils vont entamer leur stage en Espagne, au Qatar ou à Malte. Seul Courtrai reste en Belgique. La surcharge en football atteint des limites alarmantes, surtout pour les internationaux. Le championnat s'achève le 24 mai. L'EURO débute un peu plus de deux semaines plus tard, le 12 juin, et se poursuit jusqu'au 12 juillet, deux semaines avant le début de la nouvelle compétition.

Peu de footballeurs professionnels sont aussi francs quant à leurs carences. Pourtant, avec Joachim Van Damme, Malines a remporté le titre en D1B en mars 2019 et la coupe de Belgique et est maintenant dans le premier peloton de la Jupiler Pro League.

Sans vraiment faire de bruit, comme s'il transportait sur le terrain sa discrétion presque légendaire hors du rectangle vert, Ryota Morioka est devenu l'homme fort de Charleroi.

Dimanche, Waasland-Beveren et le YRFC Malines s'affrontent, un peu plus d'un an et demi après leur rencontre précédente, entachée d'un match-fixing qui avait provoqué la colère du procureur fédéral Kris Wagner.

Les joueurs du Cercle vont être effrayés par les entraînements de Bernd Storck. C'est que l'Allemand a une approche bien personnelle. Il est très direct, y compris quand il s'adresse à ses joueurs. Il n'aime pas tourner autour du pot : il va droit au but. Mais surtout, il se considère comme un professeur de football qui veut faire progresser ses joueurs, qui est très actif sur le terrain, qui relève immédiatement les erreurs et les signale, de même que le moyen de s'améliorer.

Waasland-Beveren n'avait pris qu'un point en six matches quand le Français y a débarqué. Son bilan intermédiaire : trois nuls, une victoire, pas une seule défaite.