Tout sur tifo

Le Standard comparaît ce mardi 10 février devant la Commission des Litiges de l'Union belge à la suite des incidents, notamment le tifo arboré contre Steven Defour par les supporters liégeois, le 25 janvier dernier lors de Standard-Anderlecht comptant pour la 23e journée de la Jupiler Pro League.

Le Comité Exécutif de l'URBSFA a décidé de donner mandat au procureur de l'Union Belge pour poursuivre le Standard pour le tifo polémique déployé avant le match de championnat contre Anderlecht dimanche dernier, a annoncé l'URBSFA vendredi.

Depuis Standard-Anderlecht, ils sont au centre de toutes les attentions. Alors comment expliquer cette ultime provocation ? Et quelle est la situation à l'étranger ? Analyse.

Sans débattre sur le contenu du tifo du Standard - ce n'est pas le but de cette chronique -, le tollé qu'il a suscité replace le supporter au coeur du débat. Et la place qu'il doit occuper au sein d'un club.

La direction du Standard "condamne fermement" la banderole déployée dimanche par une partie de ses supporters et sur laquelle Steven Defour apparaissait décapité, indique-t-elle lundi dans un communiqué.

Les supporters du Standard responsables de la banderole représentant le joueur anderlechtois Steven Defour décapité, brandie dimanche peu avant la rencontre face à Anderlecht, pourraient se voir infliger une interdiction de stade. Celle-ci pourrait aller jusqu'à cinq ans et les amendes pourraient atteindre les 5.000 euros, selon la Cellule football du ministère de l'Intérieur, rapportent plusieurs journaux lundi.

Les ultras du Legia Varsovie ont fait fort face au Steaua Bucarest, en barrages retour de la Ligue des Champions: un tifo et une myriade de fumigènes. De quoi faire parler d'eux... et garantir à leur club une amende salée.

Nez cassé, fractures des pommettes, dents cassées, orbite explosée... Mehdi Carcela en a pour deux mois de rétablissement après sa blessure. Il loupera un match important avec le Maroc.