Tout sur Thomas Troch

Deux ans après la spectaculaire opération policière, les arrestations, les emprisonnements et les beaux discours, l'affaire Mains Propres est dans une ornière. Comment ? Pourquoi ? Pour combien de temps encore ?

La chambre d'appel de la Commission des Litiges de l'Union Belge a rendu son verdict : le YRFC Malines est coupable d'avoir falsifié le résultat du match du 11 mars 2018 face à Waasland-Beveren. Il ne montera pas en D1A et ne jouera pas la Coupe d'Europe. À moins que la Commission Belge d'Arbitrage du Sport (CBAS) n'en décide autrement.

Olivier Myny, qui jouait à Waasland-Beveren pendant la période du prétendu match truqué au FC Malines en playoffs de la saison dernière, n'a pas pu retenir quelques larmes lors de son plaidoyer de clôture mardi lors de la sixième et dernière journée d'audiences devant la haute chambre d'appel de la Commission des litiges de l'Union belge de football. "Je déteste le monde du football, mais j'aime encore trop jouer", a-t-il lâché notamment.

L'agent de joueurs Walter Mortelmans a pris la parole lundi devant la haute chambre d'appel de la Commission des litiges de l'Union belge de football (URBSFA). "Les tricheurs doivent être écartés, mais le parquet fédéral cible le mauvais agent", a déclaré Mortelmans.

Le juge d'instruction de Tongres actif dans l'enquête sur les faits présumés d'organisation criminelle, blanchiment et corruption dans le monde du football belge, a inculpé mardi une personne supplémentaire dans cette affaire: l'agent de joueurs Thomas Troch.