Tout sur Thierry Steemans

Deux ans après la spectaculaire opération policière, les arrestations, les emprisonnements et les beaux discours, l'affaire Mains Propres est dans une ornière. Comment ? Pourquoi ? Pour combien de temps encore ?

Le tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles ne traitera pas avant septembre 2021 la demande d'annulation de six parties défenderesses contre le jugement définitif de la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) dans l'affaire du match arrangé entre le FC Malines et Waasland-Beveren de mars 2018. C'est ce que Belga a appris de sources judiciaires et qui a été confirmé par la magistrate de presse Anouk Devenyns.

Le KV Malines est bien conscient que l'obtention de sa licence professionnelle pour la saison 2020-2021 sera examinée de très près. L'attention est donc maximale du côté des responsables du Malinwa. "Nous mettons tout en place pour que notre dossier corresponde aux exigences de l'Union Belge", a fait savoir l'avocat du club Thierry Lammar mardi.

C'est sous la direction de Marc Boes que la CBAS s'exprimera au sujet des accusations de match arrangé entre Malines et Waasland-Beveren en mars 2018.

La chambre d'appel de la Commission des Litiges de l'Union Belge a rendu son verdict : le YRFC Malines est coupable d'avoir falsifié le résultat du match du 11 mars 2018 face à Waasland-Beveren. Il ne montera pas en D1A et ne jouera pas la Coupe d'Europe. À moins que la Commission Belge d'Arbitrage du Sport (CBAS) n'en décide autrement.

Un an après être descendu de D1A, Malines a remporté le titre en 1B. Mais le club est impliqué dans l'affaire du Footgate et le spectre d'une sanction plane toujours. Voici les points forts d'un thriller tumultueux.

Le scandale de match-fixing a heurté Malines de plein fouet mais sa légion ne baisse pas les bras. "Trop de gens s'impliquent dans le club pour qu'on le laisse tomber."

L'agent de joueurs Mogi Bayat, l'ancien avocat Laurent Denis et le directeur financier de Malines Thierry Steemans ont été libérés après le paiement d'une caution, indique mardi le parquet fédéral, confirmant une information de plusieurs médias.