Tout sur Tadej Pogacar

Le natif de Scheepdaal vise un deuxième titre européen à Trente. Mais battre le champion du monde Filippo Ganna, le champion en titre Stefan Küng ou le vainqueur du dernier Tour de France Tadej Pogacar ne sera pas chose aisé. Evenepoel s'élancera à 16h36.

Lampaert, champion de Belgique de la discipline et initialement prévu pour être aligné sur l'épreuve chronométré des Mondiaux, a été finalement été remplacé par Remco Evenepoel sur décision du sélectionneur Sven Vanthourenhout. Le prodige de Scheepdaal rêve donc de remporter un titre européen qui offrirait une troisième place sur l'épreuve mondiale à Louvain. Mais la concurrence à Trente sera rude avec les Ganna, Küng, Bissegger, Asgreen, Affini et le vainqueur du Tour de France Pogacar.

Le vainqueur des Strade Bianche, qui a remporté une étape au Tour de France et porté le maillot jaune pendant 6 jours souffre toujours du dos depuis sa chute dans l'épreuve de VTT des JO de Tokyo. Il est déjà forfait pour le Tour du Bénélux qui commence ce lundi. Son équipe espère le récupérer pour les Mondiaux et Paris-Roubaix mais y sera-t-il à 100 % ?

Les deux prodiges se sont rarement croisés au cours de leur début de carrière. Ils doubleront course en ligne et contre-la-montre lors des championnats d'Europe. L'occasion de voir ce que le Belge aura dans le ventre face au double vainqueur du Tour avec lequel il n'avait pas vraiment rivalisé lors de l'épreuve en ligne des derniers JO.

Le Slovène, champion olympique du contre-la-montre, aura fort à faire contre l'armada britannique composée notamment du champion olympique Richard Carapaz, deuxième l'an dernier, du vainqueur du Giro Egan Bernal, du champion olympique de VTT Egan Bernal et d'Adam Yates. Dix-neuf Belges sont annoncés au départ samedi.

On attendait un triomphe néerlandais, on a eu une surprise autrichienne. C'est en effet Anna Kiesenhofer qui est devenue championne olympique de cyclisme sur route dimanche aux Jeux de Tokyo. L'Autrichienne a accéléré à 41 km de l'arrivée et s'est imposée au terme d'un raid solitaire au terme des 137 km de course entre le Musashinonomori Park et le circuit de Fuji.

Derrière les cinq étapes, nos compatriotes ont fait tomber pas mal de vieilles références lors des trois semaines écoulées. Retour en chiffres inédits, entre un Wout puissance 100 et des doublés sur sprint massif.

En visite à Mourenx, lieu de départ de la 19e étape où il s'était offert en 1969 une échappée fantastique avec plus de 8 minutes d'avance à l'arrivée, Eddy Merckx en a profité pour saluer Mark Cavendish qui co-détient désormais avec lui le nombre de victoires d'étape sur le Tour. Le "Cannibale" a aussi adoubé un certain Tadej Pogacar qu'il voit bien accomplir une carrière aussi riche en succès que la sienne. N'en déplaise à un certain coureur de Scheepdaal qui fut affublé de ce sobriquet au début de sa carrière.

L'Américain Sepp Kuss (Kumbo-Visma) s'est imposé en solitaire dans la 15e étape du Tour de France dimanche à Andorre-la-Vieille. Le coéquipier de Wout van Aert a accéléré dans la dernière ascension du jour, le Col de Beixalis. Derrière, Tadej Pogacar (UAE Emirates) a contrôlé ses adversaires qui l'ont attaqué sans le sortir de leurs roues. Guillaume Martin (Cofidis) a quant à lui perdu sa 2e place du général après avoir lâché prise dans la descente de l'avant-dernière difficulté.

En s'imposant lors de l'étape passant par le Mont Ventoux, le champion de Belgique a encore montré l'étendu de sa palette de coureur. Mais jusqu'où peut-il aller ?