Tout sur supporters

Tous les dimanches après-midis, des irréductibles ultras se rassemblent en nombre pour soutenir le club de leur village. Fumis, pétards, chants, drapeaux, tifos... Ils reproduisent les mêmes schémas que leurs grands frères des tribunes de l'élite, sans les restrictions qui vont avec. Voyage au coeur de la Wallonie du supportérisme.

Demain, l'Islande fera son entrée en lice dans l'Euro 2016 en allant défier le Portugal, à Saint-Étienne. Au-delà de la confrontation, qui s'annonce en apparence déséquilibrée, ce sera surtout le premier match de la nation nordique dans une grande compétition internationale. Bien que les côtes et les probabilités soient contre elle, l'Islande pourra compter sur le soutien de ses supporters qui ont fait le déplacement en masse.

Le préfet de la région de Lyon a annoncé lundi l'interdiction de la vente d'alcool à emporter aux supporters les jours de match de l'Euro dans la ville, à la suite des affrontements survenus samedi à Marseille.

Il n'y aura pas de villages de supporters belges lors de l'Euro. Suite aux attentats et en raison de la menace terroriste, la police française a décidé d'interdire les grands rassemblements de supporters. Les fans sont invités à se rendre dans les fanzones sécurisées et surveillées organisées par l'UEFA dans les villes-hôtes.

Ultras Inferno, Storm Ultras, Drughi Genk, Mauve Army, PHK, Green Boys, Ultras Mons, South Leaders, North Fanatics... En Belgique, nombreux sont les groupes " Ultras ". Très différents, ils ont cependant un point commun : celui de subir les foudres médiatiques. Pourtant le football sans eux ne serait pas du tout le même...

Au premier tour du championnat, l'assistance moyenne a été de 11.650 personnes. Le Club Bruges a accueilli le plus de monde, Mouscron-Péruwelz le moins.

Certains supporters de l'Albert refusent d'accepter la mort de leur club et tentent le tout pour le tout pour sauver le matricule 44.

Depuis Standard-Anderlecht, ils sont au centre de toutes les attentions. Alors comment expliquer cette ultime provocation ? Et quelle est la situation à l'étranger ? Analyse.

Sans débattre sur le contenu du tifo du Standard - ce n'est pas le but de cette chronique -, le tollé qu'il a suscité replace le supporter au coeur du débat. Et la place qu'il doit occuper au sein d'un club.