Tout sur Steven Kruijswijk

Pendant que les ténors du cyclisme planchent sur un nouveau calendrier, les coureurs des équipes professionnelles sont en stand-by. Mathieu Heijboer, head of performance chez Jumbo-Visma, parle du cyclisme durant cette période qui comporte plus de questions que de réponses.

Le 74e Tour d'Espagne a débuté il y a une dizaine de jours par un contre-la-montre par équipes cauchemardesque pour le Team Jumbo-Visma. Si les Néerlandais ont depuis perdu Steven Kruijswijk, sur abandon, ils peuvent toujours compter sur Primoz Roglic. Le directeur sportif Merijn Zeeman ne tarit pas d'éloges à l'égard du phémonène slovène.

Tom Dumoulin, vainqueur du Giro 2017 et dauphin de Geraint Thomas sur le Tour de France 2018, a quitté la formation Sunweb pour rejoindre Jumbo-Visma à partir de 2020, ont annoncé les deux équipes lundi.

C'était le Tour le plus imprévisible des dernières années mais il a tout de même été remporté par un coureur de l'équipe favorite, INEOS. Comment Egan Bernal (22 ans) a-t-il pris le pouvoir plus tôt que prévu ?

Bien que Steven Kruijswijk ne s'est pas senti "super" dans la première des trois étapes alpines du Tour de France, le leader de Jumbo-Visma se maintient dans le groupe des favoris. Comme Julian Alaphilippe, Thibaut Pinot et Geraint Thomas, entre autres, il n'a cédé du temps qu'à Egan Bernal. Le Colombien est passé de la cinquième à la deuxième place du classement général, ce qui a fait reculer Kruijswijk à la quatrième place.

Patrick Lefevere ne veut pas ajouter plus de pression qu'il n'en faut sur les épaules vêtues de jaune de son Français Julian Alaphilippe, leader du Tour de France. "Il va essayer de garder son maillot jaune, mais s'il n'y parvient pas, ce n'est pas grave, notre Tour est déjà réussi", a estimé le patron de la formation Deceuninck-Quick Step lors de la seconde journée de repos lundi à Nîmes.

Julian Alaphilippe s'accroche ! Le Français de Deceuninck-Quick Step ne sait pas s'il portera toujours le maillot jaune du Tour de France après les Alpes, mais il ne s'attendait déjà pas à le garder jusqu'à cette deuxième journée de repos lundi. Dès lors tout est possible dans cette Grande Boucle orpheline de toute hiérarchie une fois n'est pas coutume.

Le maillot jaune Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) s'est adjugé le contre-la-montre de Pau (27,2 km), 13e étape du Tour de France, vendredi. Le Français s'est imposé devant le Britannique Geraint Thomas (Ineos), deuxième à 14 secondes. Un épatant Thomas De Gendt (Lotto Soudal) a pris la troisième place à 14 secondes. L'étape a aussi été marquée par la chute et l'abandon de Wout van Aert (Jumbo-Visma).

Nombreux sont ceux qui pensent qu'après le forfait de Chris Froome, le Tour de France va se transformer en casino. La liste des coureurs qui rêvent du maillot jaune est plus longue que jamais. Mais il y a aussi des chances que la petite boule de la roulette du Tour tombe sur les cases Geraint Thomas ou Egan Bernal.

Dès ce jeudi 20 juin, notre Guide du Tour est en librairie. Il vous apprendra tout ce que vous souhaitez savoir sur le Tour de France, qui démarre le 6 juillet à Bruxelles.