Tout sur Séville

Jamais la course au titre n'aura été aussi palpitante en Espagne. À cinq journées de la fin, quatre formations se tiennent en trois petits points alors que plusieurs chocs entre les équipes du top sont encore au programme. Dans une course des plus indécises, le vainqueur ne sera pas forcément celui prévu. Analyse.

Les sélectionneurs des équipes nationales qualifiées pour l'Euro pourraient bien rentrer une liste de 26 joueurs au lieu des 23 traditionnels, rapporte le quotidien The Times mardi. C'est en tous les cas une recommandation faite auprès de l'UEFA par les pays appelés à disputer l'évènement, reporté d'un an, du 11 juin au 11 juillet.

L'UEFA a écarté vendredi Bilbao et Dublin des villes-hôtes de l'Euro, faute de garanties sur l'accueil de spectateurs, réattribuant à Séville les matches prévus au Pays basque et partageant ceux de Dublin entre Saint-Pétersbourg et Londres, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Habitué à performer en Europa League, c'est avec son destin en Ligue des Champions qu'à rendez-vous le FC Séville, ce soir, en huitième de finale retour. Battus 2-3 par le Borussia Dortmund au Stade Ramón Sánchez Pizjuán, les hommes de Lopetegui devront faire fort pour rallier les quarts, un stade qu'ils n'ont atteint que deux fois dans leur histoire.

Le FC Barcelone n'est pas mort ! Deux jours après la perquisition et les arrestations qui ont secoué le club, les Catalans ont réussi leur "remontada" face à Séville mercredi (3-0 après prolongation) pour se hisser en finale de la Coupe d'Espagne et envoyer un signal au Paris SG.

Doté de la plus grande longévité comme entraîneur dans l'élite européenne, Diego Simeone et son Atlético Madrid défient mardi en Ligue des champions Thomas Tuchel, arrivé il y a moins d'un mois à Chelsea, où il imprime progressivement sa marque.

Dortmund, naguère admiré pour son football champagne et ses valeurs de combat, n'est plus que l'ombre de lui-même cette saison sans son bouillant public, à l'heure d'un périlleux déplacement mercredi à Séville, en 8e de finale aller de Ligue des champions.

C'était un prétendant au titre qui disputait chaque année la Ligue des Champions. Aujourd'hui, c'est une équipe du ventre mou qui brigue tout au plus l'Europa League. Qu'est-il arrivé à Arsenal, qui remonte doucement la pente depuis le Nouvel An?

Auteur de plus de cent buts en Serie A depuis son arrivée à Rome en 2016, dont 36 la saison dernière, l'attaquant de la Lazio a passé un cap en remportant le Soulier d'Or européen. Un honneur qui contraste avec sa discrétion en dehors des terrains. Article de Valentin Pauluzzi issu de France Football.

Cette année, France Football ne remet pas de Ballon d'Or. Sport/Foot Magazine a donc organisé sa propre élection. Les journalistes interrogés ont élu Robert Lewandowski, devant les Diables rouges Romelu Lukaku et Kevin De Bruyne.

Ça passe ou ça casse pour Zinédine Zidane: le Real Madrid, qui a franchi la phase de poules de Ligue des champions de manière ininterrompue depuis 1997, reçoit mercredi (21h00) le premier du groupe B, le Borussia Mönchengladbach, pour tenter d'arracher son ticket.