Tout sur Sébastien Pocognoli

Le numéro 10 des Rouches a enfin reçu du temps de jeu à Louvain, après quatre matches passés intégralement sur le banc. Et a ravivé les braises sur son statut et son futur.

Avant de trôner fièrement en tête du classement, Carolos et Liégeois ont mangé leur pain noir. Multiplié les coups bas et dégusté, par presse interposée, des saillies bien senties. Parce qu'en Wallonie, savonner la planche adverse a longtemps été un sport national. Mais ça, c'était avant. Avant que Bruno Venanzi et Mehdi Bayat s'acoquinent et que Zèbres et Rouches se trouvent des intérêts communs. Plongée dans une vieille rivalité aux faux airs de compagnonnage.

Présider le Standard est loin d'être une mission tranquille. Bruno Venanzi l'a appris à ses dépens, au cours d'un parcours qui atteint presque son cinquième anniversaire. Entre course financière, agents influents et principes tombés aux oubliettes, le gâteau pourrait avoir un arrière-goût amer.

Malgré une saison délicate, le défenseur des Rouches reste l'incarnation la plus probable du futur défensif des Diables. Histoire d'un tempérament taillé pour l'Enfer.

La Comission des licences n'a pas octroyé son sésame au Standard. Il y a deux semaines, Sport/Foot Magazine faisait déjà état des gros soucis financiers du club liégeois. Entre primes impayées, salaires mirobolants et mercato gourmand, la comptabilité liégeoise est aux abois.

Tout le monde, à commencer par lui, attendait mieux de cette troisième pige comme coach du Standard. Le vrai bilan de Michel Preud'homme, deux ans après le ficelage de son retour.

Le Standard a montré à Charleroi son pire visage après trois prestations abouties contre des grands. C'est l'histoire de toute sa saison et ça peut inquiéter à l'approche des play-offs. Tentative d'explications.

Le Standard a été le grand absent de la soirée du Soulier d'Or. Le club n'a plus gagné un trophée individuel depuis... 2009. Retour sur une interminable traversée du désert et explications. Pourquoi ce n'est pas le club liégeois qui s'est installé sur le toit de notre foot pendant dix ans, comme on l'avait pourtant prédit au moment des deux titres ?

Après un an et demi de contrariétés au Standard, Sébastien Pocognoli a décidé de retrouver le plaisir de jouer en D1B. Libéré de son contrat par les Rouches début janvier, le latéral gauche de 32 ans n'a pas tardé à se trouver un nouveau club et c'est à l'Union Saint-Gilloise qu'il a posé ses valises. "Je ne suis pas revanchard, juste ambitieux", a déclaré l'ancien international belge mardi en conférence de presse.

À l'image de Luis Pedro Cavanda, Orlando Sá, l'attaquant portugais, pourtant sous contrat au Standard jusqu'en juin 2021, est persona non grata depuis la fin du dernier mercato. Une situation tendue dont l'issue devrait se régler devant les tribunaux.

À l'image de Luis Pedro Cavanda, l'attaquant portugais, pourtant sous contrat au Standard jusqu'en juin 2021, est persona non grata depuis la fin du dernier mercato. Une situation tendue dont l'issue devrait se régler devant les tribunaux.